Accueil / Actualités / Inauguration de la mosquée tant attendue de Saint-Ouen-l’Aumône
Crédit photo : LeParisien

Inauguration de la mosquée tant attendue de Saint-Ouen-l’Aumône

Hier à Saint-Ouen-l’Aumône a été inaugurée la nouvelle mosquée. Les fidèles étaient au nombre de plusieurs centaines. Ainsi, cette mosquée a été très attendue, en effet, son histoire a commencé dans les années 80. C’est donc un soulagement pour tous ces musulmans qui n’en finissaient plus d’espérer.

Un message de paix et d’apaisement

Les fidèles alors réunis pour l’inauguration, ont pu écouter le secrétaire générale de l’association des musulmans, celui-ci a alors tenu à rappeler les principes de l’islam à travers les objectifs de la mosquée :

Un lieu de prière, mais aussi d’accueil et de partage… L’islam ne peut tolérer les groupes radicaux et occultes

Avant lui c’est l’imam de Pontoise qui rappelait que la religion incitait au vivre ensemble dans la différence.

Selon les mairies, c’est noir ou blanc !

A l’heure où le maire de Béziers Robert Ménard  ne cesse de secouer la polémique qu’il a lui même créé. Il est primordial, vu le contexte actuel, de rappeler que le sénateur-maire de la ville n’est autre que Richard Alain du PS. Il a donc été un partenaire de taille dans la création de la mosquée. La mairie avait donc imposé la création d’une association alors survenue en mai 2007. Celle-ci était la condition pour un accord. Le sénateur-maire déclarait alors :

C’est l’aboutissement d’un travail, d’une relation de confiance… Cette réflexion nous a conduit à trouver progressivement une solution que nous croyons équilibrée et conforme aux lois de la République… Veiller à ce que l’association soit aussi plurielle que possible en ce qui concerne les origines et les cultures des musulmans, et exprime sa reconnaissance des règles de notre vie républicaine

Ainsi on notera que la ville a pu concilier lois républicaines et islam. Certains pourraient évoquer un challenge, d’autres plus rationnels parleront de banalité. Quand d’autres religions n’ont aucun mal à se greffer à la vie républicaine. Lorsqu’il s’agit d’islam nous ressentons clairement un sentiment d’injustice, de devoir prouver plus que les autres et de faire preuve de beaucoup de patience au risque d’un échec. Là est toute la problématique.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*