Accueil / Actualités / Bègles : Islamophobie autour d’une mosquée
Crédit photo : France Bleu

Bègles : Islamophobie autour d’une mosquée

Une épée de Damoclès semble de toute évidence planer tous les jours au-dessus de la communauté musulmane. Cette semaine, ce sont les musulmans de Bègles qui en ont fait les frais. En effet, ce vendredi, lorsque les fidèles sont venus pour prier, la surprise était de taille puisque la mosquée était fermée. Le maire aurait donc repris les choses en main. En considérant que cette mosquée était fréquentée par des salafistes, qu’il juge dangereux. Avec toute cette psychose, tous les musulmans de France sont contraints de se justifier, en réalité de rassurer.

Les principaux profils de musulmans

Aujourd’hui, les termes qui désignent les musulmans sont multiples, mais surtout négatifs. Seront alors mis en avant les salafistes, les radicalistes, les extrémistes, les intégristes, les islamistes, les terroristes, et bien d’autres. Bien sûr ces appellations sont directement issues des médias et largement repris par la société. Elles servent uniquement à faire l’amalgame. Cependant, un profil idéal correspondrait aux exigences de la république, celui du fameux musulman modéré. Le seul choix laissé aux musulmans est d’être modérés, dans le cas contraire ils seraient catalogués. Merci la démocratie…

Un maire pris d’islamophobie ? 

Le maire de la ville Noël Mamère se vantait pourtant d’avoir été l’un des premiers de la région (en 2007), à avoir accordé à l’association de citoyens musulmans de Bègles, un lieu de culte. Jouant ainsi de sa proximité avec la communauté musulmane de Bègles pour récupérer quelques voix. Mais, ce vendredi, à la surprise générale, il a décidé de mettre un terme à la convention d’utilisation de cette salle et de confier sa gestion à la Fédération musulmane de Gironde. Un choix très contesté par les fidèles. Le maire suivrait alors la mouvance islamophobe qui règne en France.

L’islam avec modération

C’est donc une décision qui a du mal à se faire accepter par la communauté musulmane de Bègles. En effet, elle dénonce la mainmise des pouvoirs publics sur la gestion de leur culte. Et comme si cela ne suffisait pas, l’interpellation d’un jeune homme d’une trentaine d’années a eu lieu, sous prétexte qu’il serait salafiste, et donc terroriste. Cette mosquée, par le biais de représentants, dément formellement toute forme d’extrémisme. Les fidèles refusent tout simplement d’être manipulés. Et de subir des décisions qu’ils n’ont pas choisies.

Après l’interpellation d’un homme, et le changement de responsable, les fidèles de cette mosquée ne peuvent se sentir que manipulés. Le gouvernement semble guetter le moindre soupçon pour justifier toute forme de terrorisme. Peut-être pour pousser peu à peu les musulmans vers un islam « modéré »; et ainsi se façonner son islam de France. Modération ou interpellation, tel est le choix qui semble être laissé aux musulmans.

2 plusieurs commentaires

  1. Faudrai nous expliquer sur quelle critère vous distinguer un terorriste d’un musulman. Et salafiste veut pas dire terroriste , ceux qui n’y conaisse rien a l’islam n’en parler pas

    • Un musulman par définition est loin d’être un terroriste, oser qualifier une personne de terroriste sous prétexte qu’elle est salafiste, c’est justement ce que nous cherchions a dénoncer. N’importe quel musulman qui applique un minimum la sunnah, sera malheureusement assimilée à un terroriste, et c’est malheureux, mais c’est ensemble qu’on luttera contre ce fléau et pas en se divisant. Il faut rechercher d’avantage d’unité. InchaaLlah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*