Accueil / Actualités / Zone interdite n’en finit plus de défrayer la chronique
Crédit photo : Nordeclair

Zone interdite n’en finit plus de défrayer la chronique

M6 aurait mentit, aurait plus précisément manipulé lors de la diffusion du dernier Zone interdite. La chaîne a donc monté de toute pièce un reportage, dont l’objectif était loin de celui affiché. Elle s’est alors servi de protagonistes précieux, lui permettant ainsi d’avoir une certaine proximité avec les interrogés, lui facilitant le tournage de son reportage. Puis elle aurait ensuite utilisé les images pour faire passer un message pour le moins ambigu, certains diront islamophobe. Ainsi après la plainte déposée contre celle-ci par les Jeunes communistes de Bobigny, aujourd’hui nous vous relayons une histoire qui vous permettra de comprendre en détail les dessous de ce reportage. Hakim Khiter nous dit tout.

Une approche normale

Au cours du tournage de l’émission Zone Interdite diffusée sur M6, la chaîne a donc interrogé et filmé plusieurs Roubaisiens. Cependant plusieurs d’entre-eux ont été coupés au montage. Suite à son témoignage sur « l’apartheid social » évoqué en janvier denier par le premier ministre Manuel Valls. Hakim Khiter a été approché dans le cadre du tournage de l’émission. Son témoignage qu’il nous livre sur son blog est assez alarmant. Il parle d’une expérience plutôt amère, qu’il a du mal à accepter. Quelques jours après la diffusion il dénonce alors :

Le sujet du reportage proposé était une enquête de terrain sur l’apartheid social (…). L’objectif affiché, était de restituer l’esprit de l’article dans ce reportage », raconte-t-il, se demandant aujourd’hui « quel est le lien entre ce qui nous est montré et le sujet initial d’apartheid social.

Visiblement M6 sait comment manipuler

Hakim Khiter, dans un état d’esprit plutôt altruiste, avait à cœur de relayer, par le biais de son parcours plutôt difficile, un message positif et d’espoir. Il raconte ensuite :

À la demande du journaliste de lui faire rencontrer des jeunes, je l’ai fait pour leur permettre de s’exprimer sur ces sujets, de mettre des mots sur ce qu’ils vivent et essayer d’analyser les expériences personnelles de chacun (…).

C’est accablé qu’il parle de la situation, la qualifiant alors de « Clichés affligeants ». L’analyse du reportage permet enfin de parler de manipulation, en effet Hakim déclare clairement en faisant référence à ce pourquoi il avait été approché, que :

Rien de cela n’est apparu lors du reportage de Zone Interdite. On a eu droit plutôt à une ribambelle de clichés affligeants (…). On nous a imposé les clichés sur les Ch’tis. Une langue bizarre qu’il faut sous-titrer (…). On a retrouvé le cliché du barbu musulman qui entre en résistance et lutte contre la discrimination par… de la discrimination ! Et enfin celui de l’assimilation à l’envers, illustré par une famille qui se convertit à un islam quelque peu radical. En résumé, Roubaix, c’est des Ch’tis, des barbus et des blondins qui deviennent barbus, du pain béni pour le FN.

C’est un reportage qui depuis sa diffusion n’arrête pas de défrayer la chronique, ainsi dans un premier temps il paraissait véhiculer une bonne image de l’islam. Cependant avec une analyse plus profonde, et plus subjective (de Hakim Khiter), on peut clairement parler de mensonge, d’hypocrisie et de manipulation. Les questions à se poser sont multiples, pourquoi M6 a-t-il voulu couper au montage des scènes valorisant clairement l’islam ? La chaîne l’avait-elle prévue depuis longtemps ? Quels sont les objectifs de la chaîne ? Il est important de prendre du recul et d’analyser ce reportage de loin. Ainsi lors de ce reportage plusieurs clichés ont été évoqués, une façon de plus les ancrer dans les consciences, à l’heure où plusieurs personnes se battent quotidiennement contre ces clichés, où il est impératif d’en sortir… Mais où il est de plus en plus difficile de s’en extirper du fait de plusieurs bâtons dans les roues, on pensera alors à remercier M6 pour ce bâton de plus.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*