Accueil / Actualités / Boko Haram : Des enfants dessinent des scènes atroces

Boko Haram : Des enfants dessinent des scènes atroces

Triste et atroce. Des enfants, qu’on imagine sains et saufs, s’expriment sur feuilles. Le dessin facilitant l’expression de leurs pensées, ils reconstituent des scènes qu’ils ont vécu. C’est l’UNICEF qui aide ces enfants traumatisés par la violence, avec certaines méthodes dont une qui consiste à donner « un papier, des stylos et des crayons de couleur afin qu’ils puissent dessiner, raconter, témoigner, extérioriser ». Une fois qu’ils se mettent à dessiner, le silence règne avec émotions.

Les scènes dessinées

abba-530x709

Abba, 10 ans : « J’ai vu un papa à qui ils ont coupé la tête. Puis j’ai vu des boutiques brûlées alors que Boko Haram continuait à tirer sur les fuyards… Un moment, des avions sont venus et ont jeté du feu à côté de Boko Haram. Nous sommes restés coincés cinq jours avant de pouvoir fuir la nuit. »

amina-530x707

Amina, 6 ans : « J’ai vu des cadavres par terre, des feux partout. Une tête avec du sang partout. Des animaux qui courent et qui pleurent… »

bintou-530x707

Bintou, 10 ans : « J’ai vu des fusils et des couteaux. Ils ont tué des gens avec leurs fusils et égorgeaient les gens avec leurs couteaux. On a fui dans la brousse, on s’est retrouvés au bord du fleuve et ils nous ont ramenés à la ville. Ils ont choisi les jeunes filles et ils ont enfermé les enfants dans une maison. Ils nous ont laissé après pour regagner le Niger. »

falmata-530x711

Falmata, 9 ans : « Nous avons fui pendant trois jours tout en nous cachant. Un jour, j’ai vu une maman et son mari tués et tués par un élément de Boko Haram. Le soir, ils ont tué en égorgeant deux hommes qui tentaient de traverser. »

ousmane-530x722

Ousmane, 9 ans : « Le matin, nous avons entendu des tirs incessants. Au début, nous avons cru que ce sont les militaires qui testaient leurs armes. Après, nous avons vu les gens courir et nous avons pris la fuite. J’ai vu des boutiques brûlées, j’ai vu quelqu’un à qui on a coupé le cou. Les insurgés tiraient sur ceux qui étaient tombés… »

Depuis près d’un an, Boko Haram attaque les populations des villes et des village. L’ONG affirme que depuis août 2014, près de 150 000 personnes trouvent refuge dans le Sud-Est du Niger.

Plus d’infos

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*