Accueil / Écrits libres / Voile à l’université : entre laïcité, amalgame, et islamophobie
Crédit photo : Médias24

Voile à l’université : entre laïcité, amalgame, et islamophobie

D’un point de vue clairement islamophobe, il est d’une logique implacable que le voile soit synonyme d’intégrisme et donc, dans la même logique, de terrorisme. Un débat que les politiciens français n’hésitent pas à introduire dans leur discours, s’aidant ainsi du climat actuel qui plane sur la société française, on fera alors référence aux dernières déclarations de Nicolas Sarkozy, Eric Ciotti, sans citer le FN, etc… Mais ce débat semble diviser la France, entre Rachida Dati qui parle de “Délire”, ou encore Alain Juppé qui est favorable au voile à l’université. C’est donc sur un fond de polémique et sur un climat de tension (on parlera plutôt de quiproquo) entre la France et l’islam, que ce débat attire notre attention. Cependant, pour mieux comprendre la situation, il faut être pleinement conscient du rôle que doit jouer l’université, de la place de la femme musulmane dans l’enseignement supérieur, mais aussi mettre un terme à cet amalgame qui associe automatiquement l’islam au terrorisme.

L’enseignement supérieur et sa compatibilité avec l’islam

Le but principal d’une université est la transmission de savoir, du général au spécifique, au fur et à mesure des années, selon les disciplines. L’université prend donc en compte aucun critère de sélection, puisque le savoir peut être acquis par tous dès lors que l’on en est capable. Or, jusqu’à preuve du contraire, l’islam n’est pas un frein à l’acquisition du savoir, bien au contraire. On mettra en avant la particularité et l’importance du tout premier verset du coran : “Iqra”, qui se traduit par “Lis !”, autrement dis il nous incombe de nous instruire et d’apprendre. On rebondira sur les déclarations de l’ONU, lors de la conférence mondiale sur l’enseignement supérieur du 9 octobre 1998, qui rappelait certains articles en déclarant que :

Toute personne a droit à l’éducation ; L’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

L’ONU y évoque également les principes fondamentaux de la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement supérieur, les États parties s’engagent à :

Rendre accessible à tous, en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun l’enseignement supérieur.

Une musulmane à l’université

Une musulmane à l’université, c’est tout sauf un scoop, c’est une femme comme n’importe quelle autre qui, de part son mérite, doit avoir accès à l’enseignement supérieur. Le droit de pouvoir prolonger ses études semble vouloir lui être retiré, alors que dans cette même société on veut donner “plus” de responsabilités aux femmes. Le voile serait donc un critère de sélection pour le moins discriminatoire. Si elles le portent, c’est avant tout un choix qu’il faut, malgré tout, savoir respecter au-delà de l’incompréhension fondée ou pas. Le saviez-vous ? C’est une anecdote qui pourra, vraisemblablement remettre en question les thèses islamophobes, visant à réduire le rôle des femmes dans la société musulmane, et dans l’enseignement. En effet, la plus vieille université au monde est marocaine, (Al Quaraouiyine, créée en 859 à Fès, par une femme musulmane, voilée), un critère qui répond, avec largesse, aux exigences de l’ONU avec 1156 années d’avance. En effet une convention de l’ONU impose à ses signataires, de promouvoir le rôle des femmes dans les universités, et y renforcer leur participation. Le débat du voile va donc non seulement à l’encontre des libertés individuelles, mais aussi des déclarations mondiales de l’enseignement supérieur, et dont il ne faut oublier que la France est signataire. Un paradoxe qui peut faire sourire même si la situation n’en donne pas envie.

Islam = Terrorisme, un calcule erroné !

Pour contredire cette thèse qui, en toute légitimité, semble être conspirationniste pour la plupart des musulmans, il suffit de connaître la définition du mot « Terrorisme », et de voir l’évolution de l’histoire, pour se rendre compte que le terrorisme ne s’identifie à aucune ethnie, aucune religion, et aucune nationalité. N’est-il pas étrange de voir des « terroristes dit islamistes » s’en prendre à des musulmans ? Combien de pays musulmans sont victimes du terrorisme ? Les enseignements même de l’Islam nous donne une réelle définition du mode de vie, qui prône le bien et proscrit le mal. Au-delà même de l’image perçue, il faut avant tout se renseigner avant de juger.

On pourra ainsi noter la forte mobilisation de la communauté musulmane qui se désolidarise du terrorisme, et qui se justifie (à tort) d’actes qu’on lui reproche. Dans le même esprit, la ligue islamique a réussi, fin février, à réunir plus de 400 théologiens, experts, et politiciens, ainsi que des professeurs de l’université Al Quaraouiyine, pour une conférence dont le thème est : “L’islam et la lutte contre le terrorisme”.

La communauté musulmane semble peu à peu retrouver son unité et, comme à son habitude, elle reste patiente.

Un commentaire

  1. Salam,

    Je suis chrétien et la plupart de mes amis sont musulmans ,avec eux je suis bien car ils ont le respect de mes cheveux blancs .C’est un plaisir de discuter ensemble de religion,chacun respecte l’autre.
    En ce moment mes amis aident à la construction d’une salle de prières dans le quartier et j’ai donné un peu d’argent.
    Nous devons vivre ensemble et à ce sujet je vous encourage chers amis musulmans à aller vers la population pour casser l’image négative ,que les médias donnent de l’Islam.
    N’ayez pas peur de parler de vous ,de votre foi,soyez ouverts !
    Courage

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*