Accueil / Actualités / Ruquier regrette d’avoir « banalisé » Zemmour

Ruquier regrette d’avoir « banalisé » Zemmour

Ce samedi 14 mars, Laurent Ruquier a évoqué lors de son émission ONPC sa collaboration avec Eric Zemmour et l’impact médiatique de ces cinq années. Interrogé sur le sujet, il a répété plusieurs fois son ressenti et a également parlé du livre de son ancien chroniqueur.

Ruquier se sent responsable

Je le regrette, car je suis en train de me rendre compte que j’ai participé à la banalisation de ces idées là

C’est ce qu’a répondu l’animateur suite à une remarque de son invité, l’écrivain et journaliste François de Closets, sur les thèses de M. Zemmour. A plusieurs reprises, Laurent Ruquier a dit qu’il regrette d’avoir donné la parole toutes les semaines pendant plus de cinq ans à celui contre qui de nombreuses personnes se dressent face à ses idées évoquées lors de son dernier livre. Il a ensuite ajouté :

Je ne veux pas qu’on me dise que les gens de gauche ont diabolisé et caché les sujets et que c’est ça qui a fait monter le Front National. Il n’y a pas plus médiatisé qu’Eric Zemmour ! Comment osez-vous dire qu’aujourd’hui on n’entend pas ces thèses ?

Un supplément sur Twitter

Suite à l’émission, M. Ruquier a à nouveau exprimé son regret via twitter en reprenant les termes utilisés lors de l’émission. Ces déclarations font jaser spectateurs et journalistes sur la toile, certains mettant en avant que cette prise de position va faire de la publicité pour le FN quand pour d’autres l’animateur de France 2 est depuis longtemps has-been et ne fait que confirmer ce fait via cette déclaration.

Il est un peu tard pour se rendre compte de cette « banalisation » tant M. Zemmour a brillé par son éloquence lors de toutes ces années sur France 2. De nombreux individus se sont exprimés en toute impunité de manière similaire à Eric Zemmour sur des sujets relatifs à l’islam, en revanche lorsque d’autres souhaitent aborder d’autres thèmes tels que le gouvernement, le CRIF, etc… la censure arrive bien avant cinq années de libre expression.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*