Accueil / Actualités / Islamophobie : il n’y en a pas en France selon le FN

Islamophobie : il n’y en a pas en France selon le FN

Le Front National, Marine Le Pen en tête, se distingue ces dernières semaines pour ses déclarations consternantes autour des musulmans et de la situation de l’islam en France. Lors d’une interview avec la presse étrangère (Financial Times), la dirigeante du parti a surenchéri dans le n’importe quoi.

Une grave erreur

Il n’y a pas d’islamophobie en France. Il n’y a pas d’actes antimusulmans – ou pas plus que les actes contre les femmes… ou les personnes de petite taille. Mais il y a une augmentation de l’antisémitisme…

Au vu de la flambée d’actes à l’encontre des musulmans depuis près de deux mois, une telle déclaration à de quoi choquer l’ensemble des citoyens français. De plus comparer les actes contre les musulmans et les actes contre les femmes est une grave erreur car chaque trois jours une femme meurt de violence conjugale, ce qui est dramatique, et ainsi elle minimise cette violence.

Encore et toujours des provocations

De plus en plus d’élus locaux FN se distinguent par leur islamophobie sur internet, en témoignent deux déclarations récentes. La première de Chantal Clamer, élue municipale dans l’Ariège et candidate aux départementales :

L’islam et les Mahometans sont la nouvelle peste bubonique du 21ème siècle, à combattre, à éliminer sans hésitations par tous les moyens possibles

La seconde, par Gérard Brazon, un candidat dans les Hauts-de-Seine :

L’islamophobie est un droit, combattre l’islam un devoir. L’islamophobie n’est pas un délit. 

Des déclarations plus ou moins récentes mais qui n’ont fait l’objet d’aucune remarque particulière, ce qui peut laisser penser que ce type de propos et de courant de pensées ont leur place dans la société française.

Le FN hausse un peu plus le ton à l’encontre des musulmans sans que cela ne fasse sourciller qui que ce soit dans le monde de la politique. Ces discours sont un véritable appel à la haine alors que d’autres sont condamnés et censurés pour moins que ça. Il est grand temps que les politiques françaises dénoncent ces comportements et les condamnent d’une manière ferme et définitive.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*