Accueil / Actualités / Conférence : « Questions vives de la laïcité à l’école »

Conférence : « Questions vives de la laïcité à l’école »

Le vendredi 20 février, de 14 h à 17 h au Patio de l’université de Strasbourg, a eu lieu un débat très important sur les « questions vives de la laïcité à l’école ». Le conférencier Henri Pena-Ruiz, écrivain et philosophe, est connu pour ses travaux sur la laïcité. Il est également maître de conférence à l’institut d’études politiques de Paris. La conférence était adapté à, en majorité, des professeurs ou futurs professeurs. L’événement s’exprimait en trois parties distinctes.

L’intervention du docteur

Le conférencier a parlé de deux points principaux. Il a défini ce qu’était réellement la laïcité et a terminé par montrer ce qu’idéalement serait la laïcité. L’une des premières affirmations fortes qu’il a prononcées était que, ceux qui disent que la laïcité est le fait de ne pratiquer aucune religion et que cela va dans le sens de l’histoire de la France sont des menteurs ou des ignorants. Il a aussi dit que nous sommes une seule communauté, nous sommes des humains avant toutes différences. Dans notre peuple, il y a trois catégories de personnes ; des agnostiques, des athées et des croyants (Chrétiens, Juifs, Musulmans…) mais cela reste dans leurs convictions personnelles et concerne uniquement leurs vies privées. Il a ajouté à cela que lorsque les professeurs enseignent, ils exercent une fonction de l’état, ils doivent alors enseigner d’une manière efficace jusqu’à ce que l’enfant puisse se passer de maître et en aucun cas l’enfant doit se faire influencer par les convictions de ceux-là.

La partie question/réponse

Des questions pertinentes ont été posées comme par exemple celle de savoir si nous partons de la véritable définition de la laïcité et que nous l’appliquions comme il le faut, pourquoi les vacances scolaires sont basées sur des fêtes religieuses ? Et les jours fériés ? La réponse mettait en évidence le fait de revenir au contexte historique et disait que finalement, ce n’était pas des fêtes religieuses mais Païennes. Les jours fériés, généralement rendaient hommage à de nombreuses victimes sauf ceux comme le Mardi gras qui sont religieux mais pour compenser cela, les absences de fêtes d’autres religions ne seront pas comptabilisées à l’école.

Témoignages des professeurs

Lors de ce rassemblement, plusieurs enseignants d’arts plastiques, d’EPS, de SVT, d’histoire-géographie, etc, nous ont rejoint afin de témoigner de leurs difficultés rencontrées durant leurs carrières. Une d’eux, professeure d’EPS, disait qu’elle ne savait pas comment réagir face à des jeunes femmes qui ne voulaient pas porter de tenu « adéquate » pour pratiquer un certain sport à leur aise car elles avaient des tenues amples et que c’était pour leur bien être et pour leurs corps. Elle a ajouté qu’elle s’inquiétait beaucoup de leur état de santé. La réponse du docteur était de ne pas faiblir à ce phénomène. Il faut leur expliquer que c’est pour leur bien et qu’à l’école c’est comme ça et pas autrement.

Certaines questions sont encore ambiguë mais tant que nous pouvons vivre ensemble, le reste n’est que superflu.

Voici, en vidéo, un extrait d’une autre conférence sur la laïcité du Dr. Rena-Ruiz.

2 plusieurs commentaires

  1. Bonjour mes amis, savez-vous que microsft sur l’internet coupe régulièrement ces conférences diffusées sur internet, et pourtant inscrite sur mon écran pc.
    Cordialement; gma

  2. SINT TOUJOURS 0 L4ORDRE DU JOUR

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*