Accueil / Écrits libres / Islamophobie ou antimusulman ?

Islamophobie ou antimusulman ?

Ces dernières années, nombreux sont les mots utilisés afin de qualifier des actions à l’encontre des français de confession musulmane. Les deux principaux qui ressortent sont islamophobie et antimusulman, mais les deux n’ont pas le même sens et ne s’utilisent pas de la même façon.

Définition de l’islamophobie

Si l’on se limite à la lecture primaire de ce mot, la compréhension est simple : phobie envers l’islam. Pour faire le parallèle avec les événements actuels, le dessinateur Charb de Charlie hebdo déclarait lui-même en 2011 : « Rien que ce terme d’ »islamophobie », j’aimerais bien que quelqu’un me dise exactement ce que ça veut dire car « islamophobe » ça veut dire quoi, avoir peur de l’Islam? Personne à Charlie Hebdo n’a peur de l’Islam, personne à Charlie Hebdo n’a peur des catholiques, c’est absurde ». Il existerait donc d’autres sens au sein de ce mot, régulièrement choisi par les politiques français pour dénoncer des faits contre les musulmans tels que des agressions ou encore des amalgames.

Lecture selon les politiques

Plusieurs sont ceux qui ont apporté leurs explications, leurs avis, sur le bon terme à employer pour qualifier  ces actes. Manuel Valls, l’actuel Premier ministre a par exemple avancé l’opinion suivante : « Derrière le mot « islamophobie », il faut voir ce qui se cache. Sa genèse montre qu’il a été forgé par les intégristes iraniens à la fin des années 1970 pour jeter l’opprobre sur les femmes qui se refusaient à porter le voile. […] Pour les salafistes, « [l’]islamophobie » est un cheval de Troie qui vise à déstabiliser le pacte républicain ». Dans leurs discours récents, François Hollande, président de la République et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur ont respectivement choisi « antimusulman » pour le premier et « islamophobie » pour le second, pour parler de faits similaires. Enfin, selon la journaliste Caroline Fourest : « Musulmanophobie ne poserait aucun problème, puisque cela voudrait dire phobie envers les musulmans. Ce qui est forcément raciste. Mais c’est long. Le mot retenu est plus court, « islamophobie », même s’il veut dire littéralement « phobie envers l’Islam ». Ce qui facilite l’amalgame entre la critique des idées et celles des identités ».

Antimusulman inclus dans islamophobie

Selon Houda Asal, chercheuse en sociologie, le sens profond du terme islamophobie aurait été défini au début des années 1900 par les sociologues de l’époque et aurait servi à : « décrire d’une part, une «islamophobie de gouvernement» fondée sur une différenciation des musulmans dans le système d’administration colonial français, et d’autre part, une « islamophobie savante et cléricale », qui véhicule des préjugés sur l’islam et une méconnaissance des réalités de cette croyance ». La lecture qui peut donc être faite dans les diverses citations précédentes est donc que le terme « islamophobie » n’est pas en soi une peur de l’islam mais bien un phénomène de rejet envers un type de population et de la culture qu’il véhicule. Concernant le terme antimusulman, il est selon le CCIF (collectif contre l’islamophobie en France) « un arbre qui cache la forêt »  et n’est utilisé que pour parler d’actes isolés. Enfin, d’après Houda Asal, l’islamophobie est synonyme de racisme antimusulman ce qui inclut les deux mots dans un sens commun : le racisme.

A travers ces différents éléments, il est possible de conclure que les deux mots désignent une seule et même situation, celle du racisme envers une population : les musulmans. Ce racisme est exprimé avec plus ou moins d’amalgames, certains considérant n’importe quel individu « maghrébin », « bronzé » ou encore « typé » comme musulman. La lecture finale qui peut être faite est qu’en 2015 en France, la peur et la haine de l’autre en fonction de sa croyance ou de son origine ethnique, sont encore et toujours trop présentes.

2 plusieurs commentaires

  1. Philippe Tesson a prononcé de manière fort primaire des propos résolument racistes et odieux que je condamne absolument. Mais vous ne pouvez pas mettre sur le même plan des propos imbéciles et violents et un véritable massacre qui a fait 12 morts en quelques minutes. D’un côté il y a des paroles certes blessantes et de l’autre de véritables meurtres et des mares de sang … Cela aussi est violent et choquant… Que vous souffriez de l’ostracisme et de la xénophobie de fascistes abrutis, c’est plus qu’humain et je vous assure de ma totale solidarité face à cette haine ignoble. Mais ensuite avec un trop rapide survol du vocabulaire ambiant, vous confondez racisme antiarabe et islamophobie qui au sens propre, ne signifie pas antimusulman mais attitude critique envers l’islam. On peut critiquer le Coran et avoir de la sympathie pour des croyants musulmans en respectant leur foi. Ce sont deux choses différentes. Élevée dans le catholicisme, je suis devenue très critique envers cette religion et suis maintenant agnostique. Je lui reproche comme à l’islam son ambition hégémonique et prosélyte qui ont produit des désastres affreux. Jamais il ne me viendrait à l’esprit d’agresser des musulmans ou des catholiques… Je pense qu’il ne faut pas tomber dans la victimisation à outrance. Beaucoup de français comme moi AIMENT les cultures et les peuples du Maghreb, leur fréquentation et leur présence parmi nous. Pour les Français de double culture, ils sont pour nous, Français d’origine, des concitoyens attirants et chaleureux. Il y a malheureusement des Français fascistes et des islamo fascistes. Les temps sont périlleux. Serrons nous les coudes entre personnes de bonne foi pour combattre les uns et les autres dans une tendresse toute humaine, même et malgré nos divergences d’opinion…

  2. ceux qui critiquent l’islam doivent le connaitre d’abord , et puis l’interprétation des écrits est multiple, le plus souvent rédigée par ses ennemis ou des fanatiques, la politique y est mêlée. l’arabie seoudite est l’acteur principal aidée par les services de renseignement occidentaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*