Accueil / Actualités / Barakacity, victime malheureuse de son succès

Barakacity, victime malheureuse de son succès

Barakacity, l’association humanitaire et de bienfaisance fondée en 2010 dont la vocation est d’aider les populations les plus démunies dans le monde, est actuellement en plein essor mais également en pleine tourmente.

Un appel aux dons pour de l’eau qui a tout changé

En juillet 2013, l’association appelle les « humanistes », musulmans ou non, à donner pour le forage et la construction de puits en Afrique. L’objectif annoncé est de récolter un million d’euros en un mois. L’objectif sera atteint en 7 jours. Ces fonds vont ainsi permettre à Barakacity non seulement de construire les puits (48 pour 35 villages) mais également d’étendre leurs actions vers un projet de construction d’hôpital à Lomé (Togo). Cet élan de solidarité a propulsé Barakacity en tête des associations humanitaires « musulmanes » aux yeux de la communauté musulmane, qui voit ainsi leur générosité répondre aux besoins de peuples en détresse. Dans un même temps, les premiers sérieux obstacles se sont dressés sur la route de l’association, un nouvel élan cette fois-ci au détriment de l’avancée humanitaire.

La société générale et RTL

En août 2014, sans annonce ni explication, la société générale et le CIC décident de clôturer les comptes bancaires de l’association et de rompre les contrats qui lient les deux parties. Malgré les tentatives répétées d’obtenir des explications, les deux banques ne communiquent pas leurs motivations et ne proposent pas d’alternatives. Après plusieurs démarches, auprès notamment de la banque de France, Barakacity obtient un compte auprès du Crédit du Nord (sous l’obligation de la banque de France) mais pratiquement toutes ont refusé d’accueillir les fonds de l’association (plus de 3 millions d’euros de dons en 2013-2014). Plus récemment sur la radio RTL, un chroniqueur a soupçonné les associations Barakacity et Perle d’Espoir d’être mêlées au terrorisme, parlant de « jihad business ». Propos tout de suite condamnés par l’association qui réclame des excuses et qui oeuvre depuis sa création pour sa transparence.

Comment expliquer les motivations des banques françaises à l’encontre d’une association humanitaire ? Dans une époque où le profit monétaire règne, se priver de plusieurs millions d’euros sur les comptes apparaît comme une véritable incohérence. Ceci associé a des déclarations sur une « grande » radio fondées sur aucun fait, peut amener à se poser de nombreuses questions sur ce que subit Barakacity. Ceci est encore plus vrai lorsque l’on remarque que la majorité des « indignés » par cette situation sont des personnes de la communauté musulmane.

Un commentaire

  1. Salam,

    Malheureusement certains agissements depassent l’entendement. Il ya toujours des mal intentionnes prets a saboter certaines intitiatives soit a des fins sadiques, soit parignorance ou par complexe. Au passant, Ce Zemmour rentre certainement dans une de ces categories. Bref, il faut louer les actions de Baraka City, les recipiendaires ne cessent de prier pour vous et comme le dit l’adage: « celui qui est beni par Allah, personne ne pourra le nuire ». Il faudra quand meme reconnaitre des circonstances attenuantes a ces gens hostiles ou sceptiques a de telles actions venant de groupes humanitaires qui se reclament de l’Islam. SI on assimile l’Islam a ce qu’on voit sur les medias avec comme message de fond celui de daesh ou etat islamique, on peut facilement cataloguer de terroriste ces organisations. Mais denigrer sans faire ses recherches et blamer sur la base d’assomptions ne font qu’accentuer cette islamophobie qui court les rues.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*