Accueil / Actualités / Les Ouïghours de Chine, à la rencontre de ces musulmans méconnus

Les Ouïghours de Chine, à la rencontre de ces musulmans méconnus

Direction la province de Xinjiang, située à l’est de la Chine, où se trouve aujourd’hui la plus importante minorité nationale (environ 9 millions de personnes) de la plus grande région autonome de Chine : les Ouïghours. Actuellement sous tension, la faute à divers attentats, voici une mise en lumière de cette région et de ses habitants.

Descendants de l’empire Mongol, convertis à l’islam

Les Ouïghour sont officiellement les populations parlant les dialectes Ouïghours répartis principalement en Chine au Kazakhstan et en Turquie. Dans l’utilisation d’aujourd’hui, sont considérés comme Ouïghours, les habitants de la région de Xinjiang de confession musulmane. Initialement, l’empire Ouïghour s’étendait sur l’Asie centrale. Convertis à l’islam lors des conquètes musulmanes, autour des années 800, ils furent absorbés par l’empire Mongol dans les années 1300 pour terminer dans la région autonome de Chine. Aujourd’hui considérés comme des musulmans sunnites influencés par le souffisme, ils sont la deuxième communauté musulmane de Chine, derrière les Hui (12 millions environ).

Une région sous tension

Depuis 2013, de nombreux attentats sont à déplorer au Xinjiang faisant plusieures victimes, le dernier en date du 4 décembre 2014 a pour bilan une quinzaine de morts. Tout d’abord réprimés fortement par les autorités chinoises, les responsables des attentats successifs semblent ne pas tenir compte de ce moyen de pression, continuant leurs crimes et leurs attaques. Les autorités se posent aujourd’hui la question de la méthode à employer pour maintenir la paix, et les spéculations sur les responsables des attentats s’emplifient de semaine en semaine. Au vu de l’actualité, nombreux sont ceux qui craignent une utilisation de l’islam pour des motifs terroristes, alimentant leurs théories avec la proximité géographique de pays comme le Pakistan ou l’Afghanistan.

 

Il est à déplorer que cette région subisse depuis de nombreux mois des attentats dont les « vrais » responsables ne sont toujours pas identifiés. Le climat géopolitique actuel pousse les médias chinois et occidentaux vers la facilité, en parlant d »attentats islamistes » motivés par des « jihadistes » ou encore de « séparatistes islamistes », sans pour autant apporter de preuves à ces accusations. Espérons que dans les prochains mois les résultats des enquêtes innocenteront l’islam qui est, rappelons-le, une religion de paix et de tolérance.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*