Accueil / Interviews / Entrevue avec Meriem, créatrice d’Oumababy
oumababy
Création : Oumababy

Entrevue avec Meriem, créatrice d’Oumababy

En tant que musulman, une des grandes difficultés rencontrées dans le monde du travail est de pouvoir concilier sa carrière professionnelle en entreprise et la pratique religieuse : prier à l’heure, pour se voiler pour les femmes etc. Avec la création du statut auto-entrepreneur, de plus en plus de musulmans décident de se lancer dans un projet d’entreprise, et ceci est d’autant plus vrai pour les femmes. Afin d’aborder la question, nous rencontrons aujourd’hui Meriem, fondatrice d’Oumababy qui a lancée son projet il y a peu, elle nous fait donc partager son retour d’expérience.

Katibîn : As Salam wa aleykoum Myriam, merci de nous accorder cet entretien, pouvez-vous nous parler un peu de vous?

Meriem : Wa Aleikoum Salam, Je suis Meriem, 26 ans, auto-entrepreneur, créatrice de la page Facebook Oumababy et très bientôt de la boutique en ligne oumababy.fr. Je suis mariée et j’ai 2 enfants el hamdulilah.

Katibîn : Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est OumaBaby?

Meriem : Oumababy est une boutique en ligne dédiée aux cadeaux originaux, plus précisément aux cadeaux de naissance, gâteaux de couches (dits diaper cake en anglais) et autres confections à base de couches qui peuvent être personnalisées par les clients. Mais pas que, Oumababy propose aussi des accessoires originaux et pratiques ainsi que des livres islamiques pour la famille.

Katibîn : Qu’est-ce qu’un gâteau de couches ?

Meriem : C’est une pièce montée de couches (non comestible bien-sûr) à laquelle on ajoute des vêtements, des accessoires utiles à la maman et au bébé tel que biberon, bavoir, tétine, doudou etc… le tout est embelli de rubans. Ce cadeau est offert lors d’une naissance, d’une circoncision, ou de tout autre évènement en l’honneur d’un bébé.

Katibîn : Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans cette activité ?

Meriem : Cela faisait un moment que je voulais me lancer, me mettre à mon propre compte mais sans vraiment savoir dans quel domaine. Je travaillais dans l’immobilier et comme beaucoup de sœurs j’étais contrainte de retirer mon voile tous les matins à la porte de mon travail. De plus, il m’était très difficile de faire mes prières à l’heure et de m’occuper sereinement de mon foyer. Je n’étais pas vraiment heureuse et plus trop motivée par mon travail. Et puis j’ai prié, j’ai beaucoup invoqué Allah ta’ala pour qu’Il m’aide dans cette situation et el hamdulilah j’ai été exaucée. Oumababy m’a paru comme une évidence quand j’ai découvert ce concept de gâteaux de couches qui vient des États-Unis.

Katibîn : Comment avez-vous eu l’idée de créer Oumababy?

Meriem : Je cherchais une idée de cadeau original et personnalisée pour une amie qui venait d’accoucher mais en vain… et là je suis tombée sur un site américain qui proposait des « diaper cake« . J’ai tout de suite accroché avec le concept et je me suis lancée dans la confection du fameux gâteau de couches. J’ai eu un écho vraiment favorable de la part de mes proches, même les passants dans la rue m’arrêtaient pour me demander ce que c’était.

Dès lors qu’il y avait une naissance dans mon entourage, je me hâtais de confectionner un gâteau personnalisé. Mon mari, ma famille, mes amies m’ont beaucoup encouragé à me lancer d’ailleurs ils furent mes premiers clients, donc merci à eux!

Katibîn : Pouvez-vous nous raconter les débuts du projet, lorsque vous êtes passée de la phase idée à la phase création ?

Meriem : J’ai d’abord pris un cahier et j’y ai noté toutes les idées que j’avais en relation avec la création d’Oumababy, j’ai ensuite fait un mini business plan pour pouvoir mieux me projeter et connaitre mes besoins en financement, en approvisionnement etc… Je me suis renseignée sur le marché du cadeau de naissance ainsi que la demande de la clientèle. J’ai aussi analysé les contraintes techniques et légales pour me lancer.

Katibîn : Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées pour créer Oumababy?

Meriem : Principalement des difficultés à trouver des fournisseurs qui me conviennent ainsi qu’à mon secteur d’activité et enfin des difficultés liées à la logistique.

Katibîn : Est-ce que le statut d’auto-entrepreneur est adapté à votre activité ? Notamment les questions liées à la comptabilité simplifiée en auto-entrepreneur qui ne permet pas de déduire les frais et investissements de ses recettes…

Meriem : Pour le moment le statut auto entrepreneur me convient, sincèrement c’est ce qui m’a aussi motivé à me lancer car l’enregistrement de la société se fait rapidement et facilement, les impôts et taxes sont faciles à calculer et les charges administratives son allégées. Je n’ai pas encore énormément de charges, et je n’ai pas encore atteint le plafond de chiffre d’affaires soumis à l’auto-entrepreneur.

Le statut d’auto-entrepreneur est un très bon moyen pour tester son entreprise les premières années et vérifier qu’elle répond bien à une demande du marché. Par la suite, rien n’empêche si l’entreprise est pérenne, de changer de statut juridique pour un plus adapté.

Katibîn : Aujourd’hui, le principal moyen de diffusion est la page Facebook, envisagez-vous un développement hors réseaux sociaux?

Meriem : Tout d’abord, j’ai commencé par le bouche-à-oreille, très vite j’ai créé ma page Facebook qui est effectivement le principal mode de diffusion. Les éventuels clients me contactent directement en message privé sur la page. La suite prévue est la création d’un site web marchand (oumababy.fr) qui devrait voir le jour d’ici 1 mois in sha Allah, ce site permettra d’avoir une meilleure visibilité et d’exposer d’une façon plus importante mes créations.

Katibîn : Après ces premiers mois d’activité, quel est votre sentiment ?

Meriem : Je suis vraiment investie, j’aime ce que je fais, cette activité me permet de travailler tout en m’occupant de ma famille, et de pratiquer ma religion.

Katibîn : Quels conseils donneriez-vous aux femmes musulmanes qui souhaiteraient se lancer dans la création d’entreprise ?

Meriem : Je conseille aux sœurs qui souhaitent se lancer de tout d’abord demander l’aide d’Allah aza wajel, sans qui rien n’est possible, de faire des prières de consultation et beaucoup d’invocations.

Ensuite, se faire confiance, analyser la demande, faire une bonne étude de marché, ne pas se décourager, ne pas hésiter à demander de l’aide à son entourage, et aux proches.

Katibîn : Baraka Allahou fik pour votre disponibilité et d’avoir répondu à nos questions. Nous vous souhaitons beaucoup de réussite dans vos projets professionnels.

Pour mieux vous connaitre

Activités de la société : Création de cadeaux originaux et vente d’accessoires pour les bébés et leurs mamans

Expérience dans le e-commerce : Aucune expérience (il s’agit de mon 1er projet), j’ai néanmoins réalisé une formation individuelle sur le commerce en ligne

L’endroit où tu te sens le mieux : Chez moi

Récitateur préféré : Mishary Rashid Al Afasy

Hadith qui te touche le plus : « Allah ta’la a dit : « Mon amour s’impose pour ceux qui s’aiment en Moi. Mon amour s’impose pour ceux qui se rendent visite pour Moi. Mon amour s’impose pour ceux qui s’entraident pour Moi. Mon amour s’impose pour ceux qui deviennent amis par amour pour Moi » [ Rapporté par Ahmad et At-Tabarânî ].

Ton conseil à la oumma : Nous sommes la meilleure communauté alors mon conseil est : « Entraidez-vous dans le bien , et soyez solidaires. »

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*