Accueil / Écrits libres / Le surprenant récit du professeur Imran abû Musa

Le surprenant récit du professeur Imran abû Musa

Juste, imaginez…

Juste imaginez votre bien-aimé(e). Cela peut très bien être votre femme, votre fils, votre fille, votre père, votre mère, votre oncle, votre frère, votre sœur… n’importe qui avec qui vous savez qu’il y a une connexion, un lien fort inaliénable qui vous relie. Imaginez donc que cette personne que vous aimez plus que tout au monde venait à se rendre dans un autre pays, et que de là, elle apprendrait une nouvelle langue, la langue en l’occurrence du pays où elle vit désormais. Imaginez que vous n’avez aucune idée de ce que peut bien être cette langue, et que pour « parfaire » le tout, vous n’avez aucun contact avec cette personne que vous chérissez tant.

Une année passe, une autre encore, toujours aucune nouvelle ne vous parvient. Puis un jour, alors que vous ne vous y attendiez pas du tout, une lettre vous est adressé et elle provient de votre bien-aimé(e). Imaginez votre joie, vous l’ouvrez alors et là, désillusion… la lettre est écrite dans une langue totalement étrangère à la votre. Vous n’avez aucune idée du sens de lecture des phrases, cela vous rend malade, vous cherchez par tout les moyens à trouver un traducteur qui puisse vous faire comprendre le sens de cette lettre, cette lettre qui provient de la personne que vous aimez le plus au monde et dont vous n’avez plus de nouvelles depuis des années. Peut-être que cette personne est dans le besoin, et cela vous ne le supportez pas. Vous êtes prêt alors à débourser de grandes sommes pour la traduction de ses propos, même prêt à faire des kilomètres pour trouver une solution à ce problème. Pourquoi ? Parce que cette lettre a été écrite par une personne que vous estimez énormément. Nous arrivons donc à la chute de cette histoire…

Le Coran et notre négligence

Jour après jour, années après années, nous sommes là, installés bien confortablement dans nos demeures respectives. Le Coran est là lui aussi, établi bien sagement sur une étagère. Ce livre qui représente le message, LA lettre envoyée par le roi des rois, le Seigneur des mondes ! Allah nous a fait parvenir un message, le message intégral de l’Islam, le message d’après lequel nous nous devons de diriger nos vies. Les écrits de ce livre ont été traduit dans des langues toutes plus différentes les unes des autres, mais… Mais consacrons-nous ne serait-ce qu’une heure, une demie-heure dans nos journées à comprendre le sens du message envoyé par celui que nous prétendons aimer plus que tout ? Sommes-nous là à essayer de traduire ce message à notre cœur ? Combien de temps allons nous rester là à ne rien faire ?

Aucune excuse, nous n’avons aucune excuse

Le Coran n’est comparable à aucun autre discours, il provient de Celui qui nous aime plus que notre propre mère. Nous sommes tellement distant de ce livre négligemment rangé et terriblement sous-consulté.

Allah dit dans le Coran, en ce sens : « C’est un livre qui t’as été descendu; qu’il n’y ait, à son sujet, nulle gène dans ton cœur; afin que par cela tu avertisses, et (qu’il soit) un Rappel aux croyants. » Sourate 7, verset 2.

En espérant que nous nous décidions à comprendre le sens de cette « lettre » en rien comparable aux autres.

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*