Accueil / Actualités / Kemi SEBA : la pensée emprisonnée

Kemi SEBA : la pensée emprisonnée

Le 13 septembre dernier, Kemi Seba fut arrêté suite à la promotion de son dernier livre Black NIHILISM. Il y dénonce notamment l’impasse à laquelle sont confrontées les sociétés insoumises à l’oligarchie occidentale dans une réflexion sur l’injustice de la mondialisation et son absence de valeur. Son ferme positionnement politique et philosophique s’est heurté aux limites de la liberté d’expression. Dans le « pays des Droits de l’Homme », Kemi Seba subit actuellement une peine de deux mois d’emprisonnement pour avoir édicté librement sa pensée.

Voici la lettre qu’il adresse depuis son lieu d’incarcération :

A tous mes sympathisants, à tous mes frères et sœurs de sueur, de cœur, de couleur et de douleur.

Comme vous le savez certainement, j’ai été arrêté le 13 septembre 2014 et incarcéré le lendemain à la prison de Fleury Mérogis d’où je vous écris cette lettre.

Je veux d’abord vous rassurer en vous disant que je vais bien… Je n’ai pas commencé ce combat il y a quinze ans pour me mettre à pleurnicher en position fœtale après avoir été mis en prison. Au contraire, le sentiment qui m’anime en ce moment est un sentiment de VICTOIRE. La victoire d’un analyste qui a parfaitement prédit la situation géopolitique sous nos yeux et notamment l’humeur M.O.S.S.A.D des services secrets français dont je parle dans mon livre Black Nihilism.

Cette analyse dans Black Nihilism, que j’ai vraiment envie que vous lisiez, je l’ai développé à votre contact au fil de ces quinze ans de combat à travers nos échanges, à travers votre soutien, à travers ces coups que nous avons donnés et reçus ensemble. Cette analyse, elle est si PERTINENTE que nos ennemis n’ont rien trouvé de mieux que de m’enfermer juste après sa sortie en espérant que cette vérité ne vous parvienne pas. Procurez-vous ce livre, vérifiez par vous-mêmes et vous comprendrez pourquoi je suis incarcéré. Comprenez, mes frères et sœurs, que l’important ce ne sont pas mes deux petits mois en prison, mais la réalité qu’ils prouvent que nous devons combattre.

Ces deux mois de mensonges ne seront pour moi qu’une courte nuit. Et si nos ennemis s’attendaient en m’emprisonnant à me faire mal, le réveil n’en sera pour eux que plus BRUTAL.

De nombreux messages de soutien lui sont adressé via l’hashtag #FreeKemiSeba ou encore la page facebook Soutenons Kemi Seba.

Quand la démocratie veut cloîtrer les idées, c’est le spectre de la dictature qui se faufile à travers la censure et l’injustice. Il apparaît plus flagrant que jamais que le mensonge est roi quand la vérité est embarrassante et indicible.

Un commentaire

  1. Salam aleykoum wa rahmatoullah wa barakatuh !

    Courage Kemi ! Tu es prisonnier politique ! Tu subis ce que Mandela avait subi avant toi !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*