Accueil / Actualités / Somalie: des jeunes filles et des femmes violées par les soldats de la Paix

Somalie: des jeunes filles et des femmes violées par les soldats de la Paix

Depuis maintenant, plus de deux décennies, des guerres tribales déchirent la Somalie, ce pays musulman situé en Afrique de l’Est. Des soldats de l’Union Africaine, Amisom, sont déployés depuis 2007 , afin de soutenir la fragile autorité Somalienne basée à Mogadiscio, capitale du pays, dans le combat sanglant mené contre  les  milices d’Al shebab.

Un rapport de Human Rigths Watch fait état des viols 

« Le pouvoir que ces hommes ont sur nous : exploitation et violence sexuelles par les troupes de l’Union africaine en Somalie » est l’intitulé du rapport publié par l’Organisation des défenses de Droit de l’Homme (HRW) le 08 septembre. Selon ce rapport, les soldats de l’Amison « ont abusé et exploité sexuellement des jeunes filles et femmes vulnérables dans leurs bases ».

Le rapport précise encore que:

« Les soldats de l’UA, se servant d’intermédiaires somaliens, ont utilisé une variété de tactiques, dont l’aide humanitaire, pour contraindre des femmes et des filles vulnérables à des activités sexuelles », a precisé HRW. « Ils ont aussi violé et agressé sexuellement des femmes venues chercher une aide médicale ou de l’eau sur les bases de l’Amisom »

Notons toutefois que Amisom regroupe des soldats africains de diverses nationalités.  Le rapport montre que ces actes ignobles se sont déroulés dans les bases ougandaises et burundaises.

Le financement de la mission de l’Amisom provient essentiellement  de  l’ONU, de l’Union Européene et des États-Unis.

HRW lance un appel aux différents acteurs de cette mission : « Les pays contributeurs de troupes, l’Union Africaine et les bailleurs qui financent l’Amisom devraient se pencher urgemment sur ces abus et renforcer les procédures en Somalie pour que justice soit rendue ».

Que justice soit faite contre ces hommes, qui pour assouvir leurs instincts animaliers, s’en prennent à ces vulnérables  femmes sans défense.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*