Accueil / Islam / Et si pour une fois, on s’unissait ?

Et si pour une fois, on s’unissait ?

Je rêve de cette communauté unie et soudée comme bon nombre en rêveraient. Je rêve de cette oumma privée de ces éléments qui n’ont pas entendu Allah quand Il leur dit : « Et cramponnez-vous tous ensemble au « Habl » [câble] d’Allah et ne soyez pas divisés »[…] (Sourate 3 – Verset 103)

Division… et soustraction

Mais oui, s’il y a division -car division il y a- c’est la faute à l’autre. Jamais de ta faute car toi, du haut de ton micro-savoir tu t’es dit que s’il devait y avoir union, il faudrait déjà que les autres te ressemblent et viennent vers toi puisque évidemment tu es sur la bonne voie, pas eux. Cette bonne voie ne semble pas te pousser à faire le pas pour regrouper et ressouder au delà des clivages en espérant un lendemain meilleur. Alors toi tu attends le changement de l’autre et lui attend le tien. Ainsi, tout le monde observe tout le monde -car chacun a sa vision plus ou moins erronée- et on assiste, dans une passivité la plus totale, à un marasme de groupe. L’union ? Elle viendra d’elle-même, après tout, c’est Allah qui parle d’union donc Il nous unira bien un jour… Mais tu t’es dit qu’il se peut qu’Allah unisse Ses disciples et que tu ne fasses pas partie de cette sélection ? Non, je ne pense pas, comme beaucoup d’ailleurs. Si Allah te soustrait à cette liste, plus personne ne pourra t’y ajouter.

Être musulman, un bienfait

Parmi les plus grandes vertus qu’Allah Le Très Haut a octroyé à nous, Ses disciples, il y a la chance d’être musulman. Tu es musulman et rien que cela, c’est un bienfait indéniable car combien ont entendu l’Appel et pour autant leur poitrine et leur cœur ne se sont pas ouverts à lui ? Toi, oui. Ton Seigneur t’a fait un présent inestimable, celui d’être un Serviteur du Miséricordieux. Et dans tout ce que tu trouves de plus mauvais chez autrui, tu ne trouves pas la force d’honorer ce cadeau que t’a fait ton Créateur en allant vers ton prochain et en le considérant pour ce qu’il est intrinsèquement : ton frère ? Il y a certainement en lui énormément de défauts voire même certaines choses graves, il y en a également en toi tout un lot. Et si tu ne le prends pas par les sentiments, par la douceur pour l’emmener sur ton chemin, comment s’y rendra-t-il ? Et si c’était toi qui te trompait voire tous les deux ? Ce serait bête que deux personnes ne se reconnaissent pas alors qu’elles sont toutes les deux à côté de la plaque, non ?  En somme, tu as tout un packaging de défauts et ton prochain aussi, mais qui de vous deux considérera les siens en premier ? Puisque tout le monde est imparfait, musulman ou non, nous avons un point commun au moins. C’est un bon début…

S’unir est nécessaire, c’est le chantier de notre vie

Loin de cette image utopique qui voudrait qu’on se prenne tous dans les bras, qu’on se dise « je t’aime » à chaque rencontre et qu’on acquiesce tous de la même manière, non sans aller jusque là, nous avons aujourd’hui besoin de nous unir pour façonner notre avenir par la Permission du Tout Puissant. L’identité musulmane est riche, les ethnies qui la composent sont diverses mais notre centre de gravité est le même. Allah est notre Seigneur, Muhammad (Paix et Salut sur lui) notre prophète et messager. Cette base nécessaire et gravitationnelle nous unit tous, qui que l’on soit. Cette chahada est celle qui fait entrer au Paradis par la Miséricorde du Miséricordieux, l’assimilation de son sens est alors primordiale. Nous avons besoin de nous considérer tous comme dans la même famille pour bâtir un avenir meilleur pour nous et les nôtres, ceux qui arrivent.

Nous avons le besoin de nous asseoir à la même table, l’espace d’un instant pour trouver un consensus à nos problèmes, pas ceux qui sont secondaires et pour lesquels on tape du point au bout de quelques palabres, mais bel et bien ces axes préliminaires qui régissent notre avenir. L’union a toujours fait la force, la division a toujours été source de perdition et d’échec. Or, si nous voulons figurer parmi les vainqueurs, nous devons au-delà de faire de la gymnastique vide sans aucune compréhension -communément appelée « la prière »-, considérer celle-ci et son sens, tirer les enseignements de ces nombreux versets qui nous sont récités et que nous récitons, comprendre que Celui à qui nous dévouons nos adorations est aussi Celui qui interpelle Son serviteur au sujet de son frère, au sujet de sa communauté. Pour mener à bien ce chantier, il faut s’éduquer, apprendre, patienter et relativiser. Autant dire plein de choses à notre portée si on commence évidemment par regarder son propre nombril.

Nous sommes en réalité déjà unis sauf…

Jamais une communauté désunie et saccagée ne réussira cette épreuve qui constitue l’un des chantiers de notre vie. C’est un chantier colossal, mais nous devons en être les instigateurs et commencer cet éveil de masse pour qu’enfin on puisse dire « nous avons entendu et nous avons obéi ». Il est difficile d’imaginer que nous soyons tous d’accord et ce n’est pas la visée mais méditons sur un aspect qui doit nous interpeller.

Allah a réussi là où à tous les échelons, l’Homme a échoué. Que ce soit au sein d’une famille, au sein d’un parti politique, au sein d’une entreprise, au sein d’une association, au sein d’une équipe etc, on trouve et on trouvera toujours la discorde. Or Allah, Lui, ne connait pas l’échec. Quand il a voulu une communauté qui L’adore et qui glorifie Son Nom, Il n’a dit que « koun » (c’est) pour qu’elle soit. Allah Le Tout Clément a réussi à nous unir tous autour d’une parole : « La illaha ila Allah » comme personne ne nous réunira jamais. Nous prions tous ensemble en nous prosternant en même temps au sein d’une même mosquée, nous effectuons le pèlerinage ensemble, nous jeûnons le même mois et bien d’autres événements nous allient. Nous nous sommes donc regroupés sur le premier aspect, l’unicité d’Allah, sans même que nous nous en rendions compte pour la plupart. La suite est entre nos mains et constitue un enchaînement logique à cette assertion. Ton Seigneur t’a placé dans une famille dont les membres ont peut-être tous les défauts du monde, mais celle-ci reste ta famille et comme dans chaque famille, il doit y avoir de la miséricorde, de l’amour, du pardon, de l’entraide, du conseil, de l’éveil… et tout cela pour que notre Seigneur nous pardonne à tous, à toute notre famille, à tous Ses serviteurs que nous sommes.

Un commentaire

  1. As salamu alaikoum.

    Ma sha Allah très beau texte, barakallahu fik!!

    Bismillah. Unissons nous!! 🙂

    Commençons par y croire et à diriger nos efforts et nos pensées vers cette finalité plutôt que de penser « nous sommes divisé, nous sommes divisé » comme on l’entends très souvent et ne faire qu’accentuer cette division.

    Il faut y croire et avoir la CERTITUDE que cette volonté sera réalité et ce grâce à Allah azawajal..

    Puissions nous profiter de ce mois pour commencer à s’unir sur les éléments de fond, c’est à diriger la seule et unique parole qui nous lie tous.. « La ilaha ila Lâh, Muhammadin rassul Allah » Amîn

    Fi amani Lâh

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*