Accueil / Actualités / Une clôture le long de la frontière israélo-jordanienne : le projet de l’armée israélienne
Crédit photo : artetv

Une clôture le long de la frontière israélo-jordanienne : le projet de l’armée israélienne

L’armée israélienne se prépare à la construction d’une clôture tout au long de la frontière que se partagent Israël et le royaume jordanien. Un projet qu’elle justifie par une « nécessité de sécurité ».

Se prémunir contre de « dangereuses infiltrations »

L’armée israélienne s’apprête à construire une clôture de 500 kilomètres pour « mieux se protéger « . Une justification qui n’est pas sans nous rappeler les motifs que les autorités israéliennes ont servi lors de l’établissement de la clôture qui longe la frontière israélo-égyptienne.

Un projet qui suscite de multiples interrogations dont la principale étant : pourquoi un tel projet, alors que la Jordanie et Israël entretiennent de bonnes relations?

Le commandant de la brigade régionale d’Eliat, Roei Alkabetz, affirme : « Le Royaume de Jordanie est favorable à Israël et coopère avec nous mieux que l’Egypte, mais la frontière commune avec la Jordanie est totalement insécurisée. Des millions de réfugiés qui sont arrivés en Jordanie de Syrie et d’Irak pourraient constituer une menace à la sécurité d’Israël. Il est probable que les autorités jordaniennes interprètent cela comme une hostilité de la part de l’État israélien. »

L’État d’Israël fait fi des relations diplomatiques qu’il entretient avec son voisin et préfère se couper du monde un peu plus, et empêcher le peuple palestinien d’obtenir le moindre soutien de la part des États arabes les avoisinant.

Israël se dit « satisfait de son expérience passée » sur la frontière israélo-égyptienne

Ce projet nécessitant un apport financier conséquent, Roei Alkabetz tente de séduire et rendre ce projet plus alléchant en s’appuyant sur des soi-disant statistiques, et optant pour un discours suscitant la panique.

En effet, l’homme à la tête de la brigade régionale d’Eliat a déclaré lors d’une conférence à l’Institut d’études de sécurité nationale à Tel-Aviv que le projet réclamait un énorme budget, sans expliquer les causes du retard dans l’attribution des fonds.

Celui-ci ajoute : « Nous avons construit le mur comme un plan d’urgence pour faire face à des dizaines de milliers de demandeurs d’emploi qui sont arrivés en Israël en provenance d’Afrique via l’Egypte (…). Au cours des trois dernières années, il y a eu 14 opérations, dont 10 opérations de tirs contre Eliat. Cela signifie que le mur constituait une véritable barrière à la frontière israélo-égyptienne. Le but étant de repousser le terrorisme, ou au moins d’empêcher son entrée sur les territoires israéliens (…) ».

Selon les données fournies par l’armée israélienne, en 2011, près de 10 455 personnes sont entrées en Israël via le Sinaï, alors que depuis le début de cette année, seulement sept ont tenté d’y entrer mais ont été immédiatement appréhendées et capturées.

 

L’entité israélienne se trompe-t-elle d’ennemi ? Oublie-t-elle ses actes de terrorisme à l’encontre de nos frères et sœurs palestiniens? Tente-t-elle de fermer ses frontières pour pratiquer ses crimes à huis clos, et empêcher toute ingérence d’un quelconque État souhaitant venir en aide aux Palestiniens?

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*