Accueil / Actualités / « 1000 Days of Syria »: Et si vous deveniez le héros de la guerre en Syrie ?

« 1000 Days of Syria »: Et si vous deveniez le héros de la guerre en Syrie ?

A travers un jeu nommé « 1000 Days of Syria », le jeune journaliste Mitch Swenson promet de raconter la guerre en Syrie de manière inédite et « ludique ».

La volonté d’impliquer les internautes

A son retour de Syrie, il fait un triste et réel constat. Il confie en effet : « qu’il y avait neuf fois plus de personnes qui cliquaient sur des liens d’articles parlant de Miley Cyrus que sur la guerre ». Il décide alors, naturellement, d’utiliser internet pour narrer son expérience et « réveiller » les internautes.

En impliquant les internautes de cette manière, j’espère qu’ils se sentiront davantage concernés par ce qui se passe là-bas »

Ce projet, qu’il qualifie lui-même d’osé, consiste à incarner trois personnages aux parcours différents. Vous avez le choix, le temps d’un jeu, de vous glisser dans la peau d’une mère de deux enfants vivant à la frontière jordanienne, d’un jeune opposant à Bachar el Assad ou encore d’un journaliste américain. Au fil du jeu, l’internaute est orienté vers des articles expliquant les problèmes religieux ou sanitaires, permettant ainsi de « plonger » celui-ci dans la réalité de la guerre. Cependant, aucune image ou vidéo n’est accessible.

Un pari risqué

L’internaute peut, en effet, mal interpréter cette initiative. Mitch Swenson en est lui-même conscient : « Cela pourrait donner une dimension divertissante à l’ensemble alors que l’expérience purement textuelle est plus viscérale et oblige les joueurs à se projeter dans le récit ». Malgré ce risque, le « jeu » connaît un vrai succès, plus de 50 000 pages ont été visitées le jour de sa sortie le 22 mai. Un succès qui motive ce journaliste à enrichir son jeu, en apportant notamment de nouveaux personnages.

Peut-on réellement, assis confortablement sur sa chaise ou son canapé, en face de son ordinateur ou de son Smartphone, se mettre dans la peau d’une de ces victimes ? Le récit « interactif » ne semble pas être la bonne solution. De plus, l’énergie dépensée à trouver la manière qui nous plongerait dans cet atroce quotidien, devrait être utilisée afin de le limiter.

Pour les curieux : https://onethousanddaysofsyria.squarespace.com/

 

 

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*