Accueil / Actualités / Quand la souffrance syrienne s’invite à Cannes
Crédit photo: image issue du film "Eau argentée"

Quand la souffrance syrienne s’invite à Cannes

Le Festival de Cannes rend hommage à la douleur syrienne en accueillant, cette année, dans sa catégorie séances spéciales hors compétition, une oeuvre cinématographique issue de la collaboration du réalisateur syrien, Ossama Mohamed, et de la cinéaste kurde, Wiam Simav Bedirxan.

Un patchwork de vidéos donnant vie à un film poignant

« Eau argentée » est le fruit d’une compilation de centaines de vidéos Youtube, témoignant de l’horreur que connaît la Syrie depuis environ 3 ans. Ce film relate aussi bien le conflit syrien que le quotidien à Homs par le biais de vidéos courtes assemblées.

« C’est un film de mille et une images prises par mille et un Syriens et Syriennes, et moi » déclare Ossama Mohamed.

Le téléphone portable, un outil mettant en exergue le calvaire syrien 

Et si ce film était précurseur d’un nouveau genre de Cinéma ? Celui réalisé à partir de téléphones cellulaires. Un Cinéma démocratisé, et permettant à tous de l’utiliser pour militer.

Cette interrogation s’impose quand on sait que cette oeuvre cinématographique n’a pas nécessité de gros besoins matériels, puisque les vidéos ont été majoritairement réalisées à partir de téléphones portables par des Syriens témoins de l’horreur quotidienne.

Une collaboration au-delà des frontières

« Eau argentée » a été élaboré entre la France et la Syrie. En effet, le réalisateur syrien, Ossama Mohamed a, depuis Paris, collaboré avec Wiam Simav Bedirxan, jeune cinéaste kurde vivant sur le territoire syrien. Il leur aura fallu attendre le Festival de Cannes pour que les coréalisateurs puissent enfin se rencontrer. Pour Ossama Mohamed, Simav est la Syrie :

 « C’est une métaphore de la Syrie. Une fille, courageuse, laïque, indépendante, elle représente ma Syrie quand je l’ai trouvée, quand le film l’a trouvée, et je l’ai suivie. » 

L’intitulé du film rend donc hommage à la jeune cinéaste puisqu’il se traduit par « Simav » en kurde.

Une diffusion du film sur petit écran prévue en septembre

Un film poignant, en sélection officielle à Cannes, qui devrait être diffusé sur le petit écran français en septembre. Un éveil des consciences assuré !

Qu’Allah vienne en aide à nos frères syriens.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*