Accueil / TOP 10 / 10 bonnes raisons d’entreprendre

10 bonnes raisons d’entreprendre

Austérité, crise économique, récession, refus répétés des entreprises et autres revers sont les refrains quotidiens auxquels sont exposés, dans leur parcours, bon nombre de personnes -musulmanes ou non-, plus ou moins jeunes. On lit sur Internet beaucoup de choses au sujet de l’entreprise, beaucoup de choses qui sont plus ou moins vraies comme pour tout sujet vous me direz. Alors, je vais essayer aussi modestement que je le peux ,en tant que « professionnel du web » de vous éclairer sur certains points car pour moi : « lancez-vous, oui, entreprenez ! »

1) La raison primaire que j’avancerai est le besoin. Nous vivons dans une société de haute consommation où tout repose sur la demande et le dicton « l’offre appelle à la demande » prend tout son sens. Islamiquement parlant, cela est dix fois plus vrai ! Il y a tellement de pistes à explorer, tellement de chantiers à mener qu’on ne peut dire que tout est bouché, qu’il n’y a rien faire. Il existe des niches non exploitées où le commerçant doit s’aventurer pour en puiser les bénéfices. De plus, les innovations technologiques créent elles-mêmes des niches d’activité toujours plus poussées, on découvre ainsi des nouveaux métiers qui, il y a tout juste une poignée d’années, n’existaient et n’auraient pu exister.

2) J’aurais pu commencer par cela mais j’ai choisi de le mettre en deuxième position pour appuyer le premier point : l’Islam encourage la négoce, le commerce licite et l’entreprise. La communauté musulmane a besoin de s’illustrer sur la scène mondiale et d’entreprendre à grande échelle. Dans l’Histoire, les musulmans étaient considérés comme bons commerçants et cela est quelque peu resté dans les générations contemporaines. La baraka dans at-tijara (la bénédiction dans le commerce)  est grande. L’Islam classe le gain résultant du commerce parmi les meilleurs gains. On demanda au Messager d’Allah () quel gain était meilleur ? Il dit : « Ce que l’homme acquiert par le travail de ses mains et tout commerce licite. » [Rapporté par Al-Hakim dans son Moustadrak].

3) Sortir du cercle employeur-employé. Evidemment, être employé est une sécurité : salaire garanti (la plupart des cas), habitudes, infrastructures, conditions connues, responsabilité limitée, possibilité de faire un crédit (et oui, beaucoup sont encore dans cette triste perspective)… mais y est-on vraiment gagnant ? Quand on parle d’évolution interne ou d’évolution salariale, est-ce réellement significatif ? Combien ont eu un poste de responsabilité ? Très peu, pour la simple et bonne raison qu’au sein même d’une entreprise, les postes sont limités et très demandés donc l’escalade en grade en ressort plus complexe. J’estime, et cela n’engage que moi, que rester à vie dans ce système employeur-employé constitue un frein à l’évolution et qui plus est à l’épanouissement personnel.

4) Liberté ! Oui, vous serez libre ! Enfin, dans une certaine limite. Vous serez libre d’aller et venir, de travailler de nuit ou de jour (selon l’activité), de vous reposer ou de manger, vous êtes dans votre boîte. Vous serez peut-être même menés à recruter dans un futur proche, vous êtes le patron, la patronne. La possibilité de prier ? Plus un problème. La possibilité de porter la barbe ? Plus un problème non plus. Votre couleur ? Votre prénom ? Votre âge ? Vos origines ? Votre faciès ? Tous ces petits trucs qui vous ont gênés ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Vous travaillez comme vous êtes (ça me rappelle McDo ça 🙂 ) et faites travailler qui vous souhaitez. Oui, indéniablement, ces facteurs sont ultra motivants.

5) Tout est moins complexe. Plus besoin de passer par les statuts compliqués et lourd du type S.A.R.L., avec l’avènement du statut auto-entrepreneur, en quelques clics, vous êtes déclarés et existez en tant que professionnel. Au niveau des charges, vous payez trimestriellement un pourcentage de votre chiffre d’affaires, pourcentage réduit en comparaison aux autres statuts. Si vous ne faites pas d’argent ? Vous ne payez rien ! Donc plus de risques démesurés. Toutefois, attention, ce statut est de plus en plus remis en question, il risque d’être supprimé à long terme car les entreprises se plaignent de concurrence déloyale. Bref, si vous le pouvez, inscrivez-vous en tant qu’indépendant au plus tôt.

6) Le commerce est une activité -pour ne citer qu’elle- enrichissante à condition de savoir de quoi il s’agit et de se diriger vers un secteur porteur. Qui plus est, vous créez vous-même votre activité, vous créez vous-même votre place dans la société, vous vous installez à l’endroit que vous souhaitez en vous affranchissant de bien des contraintes. Vous êtes l’entreprise ! Vous ne faites plus qu’un : si cela marche, c’est grâce à vous mais si cela coince, ce sera à vous seul de trouver les solutions et de donner de vous-même pour corriger le tir.

7) Vous avez de l’expérience, un métier et des acquis. Il est temps de foncer et de faire tout vous-même ! Vous avez sûrement un diplôme ou tout au moins des connaissances. Vous êtes capable de gérer des projets seuls, en toute indépendance. Pourquoi ne pas se mettre à son compte ? Le passage par une entreprise en tant qu’ouvrier, salarié ou collaborateur permet l’acquisition d’eau à votre moulin : l’expérience, et celle-ci est très importante pour le moment du décollage. Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de rentrer dans le monde professionnel, pensez aux formations, aux stages et à l’alternance. Ce sont des moyens d’obtenir un maximum d’informations sur le fonctionnement d’une entreprise dans votre secteur d’activité.

8) C’est l’occasion de changer de métier ou de se former à une activité qui vous plairait, il n’y a pas d’âge pour ! Qui plus est, elles sont souvent financées selon votre situation. Pour ceux qui ne sont pas en activité, c’est le moment de casser cette chaîne de passivité. Beaucoup de soeurs et de frères s’estiment « coincés » dans leur entreprise, par peur de perdre leur place, leur argent, leur situation, leur pseudo-confort et c’est là qu’intervient al yaqin wa tawakul, la certitude et la confiance en Allah plus largement. Il est -Gloire à Lui Seul- celui qui donne et qui retire. Si vous estimez que vous n’avez pas les meilleurs conditions dans votre poste, ne pensez pas que vous n’aurez jamais mieux ailleurs. Je ne vous encourage nullement à quitter votre boîte un bon matin mais au contraire à préparer votre départ si vous en ressentez le besoin car après tout, on ne s’est pas où est placée notre subsistance…

9) Il n’y a pas forcément besoin de beaucoup d’argent. Cela est une idée reçue. Oui, il faut de l’argent pour ne serait-ce que créer votre enseigne, les matières premières, louer un local et l’aménager ou réaliser votre site internet et élaborer le plan de communication, toutefois cet investissement reste raisonné et raisonnable car nécessaire. Mais beaucoup d’argent ? Non, ce n’est pas mon avis. Comme cité plus haut dans les statuts d’entreprise, les charges sont amoindries déjà. Ensuite, pour les métiers de services, l’investissement est mineur voire très vite amortissable et pour l’exemple du commerçant, il n’y a nul besoin d’avoir un stock démesuré : la spécialisation tient un rôle primordial. Il faudra savoir jouer avec les stocks, les livraisons et l’approvisionnement pour travailler  à « fil tendu ».

10) Considérer que cela est à votre portée, après mure réflexion et élaboration d’un business plan, d’un concept et défrichage de votre idée motrice. Si on ne tente pas ? On est voué à rester là où on est voire même regretter. Devenir son propre patron constitue une aventure à prendre au sérieux, qui ne marchera que par la bénédiction d’Allah. Le commerce est palpitant, être son propre patron annonce des jours remplis, de la fatigue -très bonne fatigue-, des coups durs mais en soi, c’est une expérience des plus forgeantes. Tout le monde n’aura pas le développement de Facebook, Miscrosft ou encore « Candy Crush », mais tout le monde par contre peut y prétendre et cela, personne ne peut vous le retirer. Il faut donc croire en ses idées, considérer la question, peser les pour et contre et dire « bismillah » si on est prêt mentalement, physiquement et -un peu- financièrement.

De manière non-exhaustive, j’ai essayé de vous motiver sans pour autant vous pousser dans le ravin. On croit souvent qu’une affaire est compliquée mais je persiste à estimer que tant que le pas n’est pas fait, rien ne peut être mesuré. Dire qu’être votre propre patron vous garantira de remplir votre frigo, de devenir riche ou encore de vous faire plaisir est présomptueux mais, pour celles et ceux qui sauront s’y prendre, il n’y a nul doute que la réussite personnelle et spirituelle seront au rendez-vous.

L’entreprise est une aventure, à vous de savoir si vous souhaitez la mener, quand, comment et avec qui. Finalement, une chose est sûre, il y a de place pour tout le monde et les bienfaits sont certes nombreux à condition évidemment de respecter les règles prescrites par notre noble religion.

Supplément : pour toute question supplémentaire ou toute autre demande liée au monde de l’entreprise, avoir des conseils de professionnels, vous pouvez nous contacter incha’Allah : communication@katibin.fr

4 plusieurs commentaires

  1. Très rafraîchissant comme article, il n’y a pas beaucoup comme cela!

    Je suis content d’avoir lu ce type de texte.

    Merci! ça encourage

  2. Benserradj Hamza

    Votre article est très encourageant .Pour ma part,j’étais entrepreneur à Montréal de 2008 a2012 et j’ai arrêté mon entreprise pour aller travailler dans le secteur public.Effectivement ,le salaire est garantie et beaucoup d’avantages sociaux,mais à mon avis rien ne peut remplacer l’autonomie et la liberté que j’avais et je songe sérieusement à reprendre ma compagnie.Merci pour votre article,très motivant.

  3. Maman Aminou OUMAROU

    As salam aleikum, mes remerciements d’abord et mes encouragements, qu’Allah
    vous accompagne et vous guide de Sa Guidée, Amine, votre site, un de mes favoris, j’apprends beaucoup de choses sur ma religion, et…
    Je suis Nigérien, un pays d’Afrique occidental, en voyant: *Supplément :* pour toute question supplémentaire ou toute autre demande liée au monde de l’entreprise, avoir des conseils de professionnels, vous pouvez nous contacter incha’Allah : ça m’a vraiment réveillé, mon projet est de créer un site internet et un journal sur papier A3, j’ai les idées mais, les manques de professionnalisme m’empêche de décoller, je vous soumet ma demande de voir dans les mesures de possibles de m’aider enfin de créer mon entreprise. Ma as salam! Fraternellement

  4. Djazaka Allah khair!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*