Accueil / Actualités / Le futur Centre musulman de Bordeaux est pris d’assaut avant l’heure
Crédit photo : francebleu

Le futur Centre musulman de Bordeaux est pris d’assaut avant l’heure

Samedi 8 février a été un jour fort en revendication à Bordeaux. Les groupuscules d’extrême-droite étaient présents sur les lieux afin de manifester contre le futur Centre musulman de Bordeaux et les gauchistes sont venus contrer cette provocation publique. Qu’en est-il des musulmans dans tout cela, et si on leur demandait leur avis ?

Une manifestation transformée en meeting électoral

Ce samedi, d’un côté et de l’autre du quai Deschamps se trouvait près de 300 personnes manifestant contre le futur Centre musulman de Bordeaux accompagnées de CRS vigilants à toute tentative de violence. On pouvait retrouver des militants du Front National, du Siel et de l’association de défense de la laïcité, soutenus par des groupuscules d’extrême-droite comme le bloc identitaire et la génération identitaire. Un rassemblement qui s’est transformé en meeting électoral avec la présence de Jacques Colombier, candidat frontiste aux prochaines élections municipales. Et en face, quai Queyries, 150 personnes présentes, dont des militants associatifs, politiques, syndicaux et antifascistes de tout âge, pour répondre à la provocation (ou au meeting surprise ?) de l’extrême-droite.

Et les musulmans emballés par ce projet ?

À première vue, 7000 m² seront dédiés à la construction de ce centre qui renfermera une salle de prière qui ne représentera que 20 % de la surface totale mais alors à quoi est consacré le reste du bâtiment ? Notre cher imam de Bordeaux, Tarek Obou ayant récemment été décoré de la légion d’honneur, fait remarquer que « les Musulmans ont autant besoin de culture que de culte » c’est pourquoi les 5600 m² restant seront consacrés à la construction d’un amphithéâtre, d’une bibliothèque (avec quel(s) livre(s) ?), d’une salle d’exposition (quel type(s) d’exposition(s) ?), de salles de cours, d’un espace associatif et enfin d’un institut de formations des imams comme le projetait l’Etat il y a quelques mois. Sans oublier que cet institut sera dirigé par Tarek Obou, quelle sera donc cette nouvelle génération d’imams de France ? Et surtout quel musulman approuverait cela ?

Cette foule de manifestants n’est au final qu’une démonstration de force politique et idéologique prenant une fois encore la communauté musulmane comme excuse.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*