Accueil / Actualités / #SafeDansLaRue : seules, elles ont peur des hommes

#SafeDansLaRue : seules, elles ont peur des hommes

Sur Twitter, des milliers de personnes ont réagi à un post d’une certaine « Crêpe Georgette » édictant les 22 commandements de l’homme féministe (sorte d’alter ego viril de la blogueuse) : des recommandations de tous types pour ces messieurs, allant de l’invitation à faire le ménage au respect de la parole féminine.

La conscience du danger, la peur du viol

Mais le commandement qui a suscité les plus vives réactions, et fait couler tant d’encre virtuelle, a été le troisième : « Dans la rue la nuit, si une femme est seule, je la dépasse vite en me mettant sur le trottoir d’en face pour montrer que tout est safe ».

Le pavé était lancé, et depuis mardi, des milliers de personnes s’échangent des astuces afin de se sentir #SafeDansLaRue (« En sécurité » dans la rue) et dénoncent l’attitude indécente d’hommes méconnaissant toute forme de respect. Vastes sujets que ceux du harcèlement par d’illustres inconnus bien mal éduqués et du sentiment récurrent d’insécurité chez la femme se promenant seule – de jour comme de nuit.

L’inconscience d’une société, le faux problème du sexisme

Ainsi donc, à une époque où l’Occident se pense exemple en matière de respect de la femme, où les sociétés poussant Madame à se dévoiler, et se libérer de contraintes rendues oppressives s’érigent en modèles imparables, les faits semblent démontrer qu’au contraire, plus celle-ci s’émancipe et moins elle se sent en sécurité.

Crier systématiquement au sexisme ne saurait endormir que peu d’observateurs attentifs aux évolutions sociétales, et s’évertuer à dire que  la place naturelle d’une jeune femme le soir est dans la rue (au même titre que celle d’une mère est loin de ses enfants, et que celle d’un homme est au foyer), tenter de n’y voir aucun mal, est simplement irrecevable au vue des conséquences néfastes observées lorsque le modèle naturel est modifié.

Loin de nous toute envie de dédramatiser la gravité de comportements déviants, force est cependant d’admettre qu’une fois de plus, l’Islam s’illustre par la perfection de ses enseignements et principes. En effet, de nombreuses femmes témoignent du fait qu’il est préférable de s’habiller de façon peu provocante, et l’ensemble du débat prouve qu’en toute circonstance, mieux vaut sortir accompagnée.

3 plusieurs commentaires

  1. Je trouve justement que oui, vous dédramatisez la situation des femmes en France. Approuver, même implicitement, qu’il est normal que les femmes, sous prétexte qu’elles ne sont pas voilées, soient harcelées par des gros dégueulasses qui ne respectent ni leur mères, ni leurs sœurs et encore moins eux-mêmes est très simpliste et juste indignant. Je suis voilée, cela n’empêche en rien le harcèlement de rue de la part de certains « frères » et autres spécimen de blédards! Avant d’essayer d’enseigner la chasteté aux femmes (qui ne peuvent y échapper sous peine de représailles terribles) enseignez la plutôt à tous ces frères qui ne se gêne pour « profiter de leur jeunesse » puis exiger une femmes « propre »! Parce que ce genre d’articles me rend vraiment folle! Depuis quand les hommes sont les mieux placés pour jugé du harcèlement dont sont victime les femmes! On marche sur la tête là……

  2. Je retire, ma dernière phrase, cet article a été écrit par une femme, ce qui est bien triste….

    • Vous venez de vous rendre compte que tout ce que vous dites n’a ni queue ni tête, un beau charabia… et c’est bien triste, et c’est dit par un homme cette fois-ci. Un homme soucieux du devenir des femmes.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*