Accueil / Écrits libres / Islam et travail : près d’une personne sur deux se dit prête à adapter son métier à ses convictions religieuses

Islam et travail : près d’une personne sur deux se dit prête à adapter son métier à ses convictions religieuses

Suite à la question : « Avez-vous déjà songé à changer de métier pour vos convictions religieuses ? » posée à nos lecteurs, 655 d’entre eux ont répondu dont 305 (47%) se disent y songer de plus en plus aujourd’hui, 235 (36 %) déclarent avoir déjà changé de métier pour être en adéquation avec leurs convictions religieuses et 115 personnes (17%) avouent ne pas y avoir pensé.

Une personne sur deux prête à changer de métier

Une grande partie de nos lecteurs semble accorder une importance à l’application de leur religion, ainsi, 47 % des personnes ayant répondu au sondage se disent vouloir changer de métier afin de vivre pleinement leur religion. Après avoir été diplômé dans un domaine non compatible avec les valeurs religieuses, il est très certainement difficile de se détacher de cet emploi stable étant donné qu’il a été choisi par la personne. C’est ainsi que la foi religieuse prend tout son sens : plus elle augmente, plus il y a une recherche de la satisfaction du Tout Puissant et cela passe par Son obéissance. Aussi, la connaissance joue un rôle important, en effet, une fois que l’on sait que tel ou tel métier est interdit en Islam, l’enthousiasme de se rendre au travail n’est plus la même sans compter le fait que les bénédictions d’Allah ne sont pas sur ces rémunérations reçues.

La réussite passe par l’effort

Une fois la décision prise, la question est de savoir comment et par où commencer ? 36 % de nos lecteurs déclarant avoir changé de métier pour des raisons religieuses se sont très certainement posés la question et étant donné leur position dans ce sondage, ils ont su en trouver les réponses. L’idée n’est bien évidemment pas de démissionner et d’attendre passivement que l’argent tombe du ciel – ou de l’Etat – mais plutôt d’établir le parcours qui mènera à l’épanouissement professionnel en corrélation avec les valeurs islamiques, ce qui demande une très forte motivation : nouvelle formation professionnelle, création de sa propre entreprise, prouver à l’employeur que le voile – ou la barbe – n’empêche pas d’être un bon élément pour l’entreprise… Il faut absolument garder un bon état d’esprit et ne pas devenir défaitiste suite à l’échec possible.

Le métier souhaité par l’individu est un choix à faire dès l’adolescence soit en fin de collège en France, c’est pourquoi l’éducation religieuse de nos enfants n’est pas à négliger, plus ils auront de connaissances sur leur religion moins ils seront confrontés, plus tard, au problème de reconversion professionnelle pour raisons religieuses.

2 plusieurs commentaires

  1. Mahel de Fringadine

    Es selem aleïkum,
    Le titre de l’ article « près d’une personne sur deux se dit prête à adapter son métier à ses convictions religieuses » est très encourageant. Je partage aussi le fait que c’est dans l’éducation religieuse que nous devons miser si nous voulons que nos enfants fassent les bons choix incha Allah.

    • Exactement, combien de personnes entreprennent des études et entament des carrières dans la finance comme trader, dans les banques, dans le droit, comme hôtesse de l’air etc. tout ceci sans se poser la question de la compatibilité avec notre religion, soit par ignorance soit par manque de foi, ce qui est bien triste. Tout ceci pour le simple prestige de la profession pour certains.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*