Accueil / Actualités / Aïd : Ayrault et Valls à la mosquée de Paris

Aïd : Ayrault et Valls à la mosquée de Paris

Mardi matin le premier ministre Jean Marc Ayrault et le ministre de l’intérieur Manuel Valls se sont rendus à la mosquée de Paris pour la célébration de la fête de l’aïd.

2 ministres, 1 maire et un recteur sont dans une mosquée…

C’est en présence de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée et président controversé du Conseil français du culte musulman, ainsi que du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë que les deux membres du gouvernement se sont joints aux fidèles musulmans en ce jour particulier pour la communauté islamique. Le chef du gouvernement s’est exprimé dans un discours où chacun des mots était pesé afin de ne pas heurter les musulmans de France boucs émissaires ces dernières années du mal être d’un pays où les valeurs morales sont en perdition.

« À travers vous, je salue une grande religion de France. Je mesure la place qui est la sienne dans notre pays et dans notre histoire. J’entends la parole que vous portez pour rassembler les femmes et les hommes autour d’un message de paix et de concorde, dans le cadre de la République, et en accord avec ses principes et ses valeurs ».

Il a assuré de la « détermination » du gouvernement à combattre les « discriminations » et à défendre « la liberté de conscience et le libre exercice des cultes, qui comptent parmi les fondements de notre nation ». « Je vous le redis avec force : toute atteinte au libre exercice du culte est intolérable, et toutes les croyances religieuses doivent pouvoir s’exprimer dans notre pays dans le respect des lois de la République, de la laïcité et des convictions de chacun », a-t-il martelé. « L’islam de paix et de concorde est partie prenante de notre pays et des valeurs qui le fondent », a conclu le Premier ministre.

Trop beau pour être vrai 

Une véritable ode à l’amour et au respect mutuel. Des termes tellement grésés qu’ils sonnent faux à nos oreilles bien trop habituées au martelage islamophobe. Une nouvelle technique, sans doute, afin de prôner encore et toujours au nom de la laïcité un Islam de France géré et censuré par l’Etat pour un maximum d’invisibilité.

Crédit photo : afp.com/Pierre Andrieu

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*