Accueil / Actualités / Rachid Nekkaz, le « Zorro du niqab », président d’Algérie ?

Rachid Nekkaz, le « Zorro du niqab », président d’Algérie ?

Rachid Nekkaz s’est récemment fait connaître pour ses actions concernant l’interdiction du port du niqab en France.  Désormais c’est en Algérie qu’il souhaite intervenir. En effet, il compte bien prendre la place du président sortant, Abdelaziz Bouteflika.

Rachid Nekkaz à la tête de l’État

En juin dernier, « le Zorro du niqab » présentait sa candidature aux élections présidentielles algériennes prévues pour le mois d’avril 2014. Mais pour pouvoir se présenter, il faut avant tout répondre aux conditions d’un futur président d’Algérie. Parmi ces critères, le futur chef d’État algérien doit détenir exclusivement la nationalité algérienne. Ainsi, afin de répondre à ce critère, Rachid Nekkaz, né en France et dépositaire d’une double nationalité franco-algérienne, a renoncé à sa nationalité française. Ensuite, le président algérien doit également être marié à une femme ayant la nationalité algérienne. Mais sa femme est américaine, le candidat a alors expliqué qu’il était marié religieusement parlant, ainsi, au niveau de l’administration, son mariage n’est pas déclaré. De cette manière, sa candidature a pu être validée.

Un programme osé

Pour ce qui est de son programme électoral, Rachid n’a pas misé sur la simplicité. En effet, selon lui, l’Algérie, étant un pays démocratique et républicain, doit répondre aux valeurs de chacun. Dans le domaine politique, il souhaite limiter la ré-élection du président de la République à deux fois – tout en gardant le mandat à cinq ans – pour qu’ainsi, le chef de l’État ne soit pas tenté par un quelconque abus de pouvoir. Ensuite, il souhaite consacrer aux femmes des postes de ministres afin de mettre en application la valeur républicaine qu’est l’égalité. Au niveau social, M. Nekkaz a de nombreuses réformes en tête, notamment le développement d’un enseignement professionnel dans un grand nombre de wilayas (régions) et également mettre à disposition un site internet regroupant les annonces d’emplois au niveau national. Pour ce qui est de la sphère économique, il imagine une revalorisation des salaires du peuple de 30 % – augmenter le pouvoir d’achat sans inflation dit-il, en échange il souhaite dévaloriser la rémunération des ministres aussi de 30 % et… consacrer uniquement 1 dinar du budget de l’État au salaire du président de la République. Mais ce n’est pas tout, un calife spirituel de l’Islam pourrait être mis en place. Ce dernier, s’occuperait des affaires terroristes qui menacent le pays mais agirait également contre les États occidentaux qui porteraient atteintes aux valeurs de l’Islam par des lois.

Sa dernière chance ?

Rachid Nekkaz s’est précédemment présenté aux élections présidentielles et législatives de 2007 en France et également aux municipales françaises de 2008 mais ces candidatures ont toutes échoué. Ainsi, il dénonce la fausse démocratie française, selon lui, les dirigeants politiques ne sont pas prêts à accorder des responsabilités aux Français issus de l’immigration. Déçu par l’État français ainsi que témoin d’un ascenseur social bloqué, il raye la France de ses projets et se tourne vers l’Algérie, mais son programme électoral sonne quelque peu utopiste. Fait-il réellement face aux difficultés de l’État algérien ou est-ce uniquement un programme dans le but de séduire les membres de la société algérienne, sans engagement sincère de sa part ? Aussi, ses échecs en France sont-ils uniquement dus à ses origines ? N’a-t-on pas dans les rangs politiques des femmes issues, elles aussi, de l’immigration ? Cet homme mise, en tout cas, sur le peuple algérien pour lui offrir ce rêve d’enfant : devenir un jour président.

Crédit photo : Nekkazpresident.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*