Accueil / Actualités / Tunisie : déscolarisation des enfants sous prétexte religieux ?

Tunisie : déscolarisation des enfants sous prétexte religieux ?

En Tunisie des associations soi-disant caritatives inciteraient des familles démunies à déscolariser leurs enfants, en particulier les filles, et ce, prétextant des arguments « religieux ».

Un devoir religieux ?

Lassaad Yaacoubi, secrétaire général du syndicat de l’enseignement secondaire, a déclaré sur les ondes de la radio Express FM, que des associations tenteraient de convaincre des parents que le fait de déscolariser leurs enfants est un « devoir religieux ». Ainsi la déscolarisation des filles se justifierait par l’interdiction religieuse de la mixité et celle des garçons par le « devoir du jihad ». Certains de ces élèves déscolarisés auraient  moins de 16 ans, et donc pas l’âge requis pour quitter l’école conformément à la Convention internationale des Droits de l’Enfant.

100 000 élèves déscolarisés

D’après le ministère de l’Education, la déscolarisation aurait  touché au total 100 000 élèves durant l’année scolaire 2012-2013, dont 10 000 enfants de l’école primaire. Un problème parmi tant d’autres pointé du doigt par la représentante de l’UNICEF, Maria Louisa Fornara, qui avait indiqué à la suite d’une enquête :

L’analyse selon les variables géographiques ou socio-économiques démontre de fortes disparités sur certains indicateurs notamment dans la déscolarisation, la malnutrition et la mortalité maternelle et infantile.

Et l’Islam dans tout ça ?

Incontestablement le Coran insiste et nous encourage à étudier et pas seulement la science islamique.

Et dis : « Ô mon Seigneur, accroîs mes connaissances ! » (Sourate 20 verset 114)

Les musulmans ont le devoir d’exceller dans tous les domaines de la vie, que ce soit la science, le savoir, l’industrie, les œuvres de bienfaisance, etc. L’éducation et la scolarité sont des moyens qui nous permettent de parvenir à ces niveaux d’excellence, qui font que les musulmans ont la capacité de s’investir et de réussir dans de nombreux domaines. L’Etat doit prendre en compte les attentes de ses citoyens afin justement d’éviter les déscolarisations en masse. La communauté doit avoir conscience que ses enfants seront les leaders musulmans de demain, et donc les éduquer correctement dans la voie de l’Islam mais aussi leur donner les moyens intellectuels d’atteindre des niveaux de compétence, afin de développer ce monde positivement et d’en faire un endroit meilleur pour tout un chacun.

4 plusieurs commentaires

  1. Je suis d’accord la solution n’est pas la descolarisation, mais justement de ce mobilisé pour créer des écoles islamiques, ou trouver des solutions, car l’école publique est un danger pour l’éducation religieuse, lorsque l’enfant revient avec une BD papa et papa, ou alors des gros mots plein la bouche et des petites filles qui font des bisous a tout les garçon la solution n’est pas la aussi

  2. salam.
    Votre article nous rappelle de dalil boubaker et l’islam de France. L’islam n’est pas la déscolarisation je suis d’accord mais vous auriez pu parler de devoir de l’état de créer des écoles non mixte et islamique conformément à la religion des tunisiens (islam), votre position au coté des laïques tunisiens est triste, défendez vous frère au lieu de se mettre dans l’autre camp.

  3. Salam alaykoum,
    Entièrement d’accord avec mes frères qui ont commenté plus haut.

  4. assalam alaikum

    comment pouvez vous relayer des articles émanant de ce torchot de kapitalis sobhanallah.
    Vous les connaissez ? lisez un peu leurs articles vous allez comprendre que se sont des ennemis de l’islam qui ne cherche qu’à semer la peur chez les tunisiens en diffusant des articles calomniateurs. Ils font une propagande anti islam basée que sur le mensonge. IL n’y a qu’à regarder les commentaires des gens (meme sur tunisie numerique meme torchon)que des insultes, ils insultent les barbus, la sunnah…..aoudhubillah.
    conclusion ne prenez pas pour agent comptant ce qu’ils disent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*