Accueil / Actualités / Trappes : l’islamophobie a encore frappé

Trappes : l’islamophobie a encore frappé

Depuis quelques semaines, les agressions ou provocations s’enchaînent à un rythme soutenu, femmes voilées agressées verbalement et physiquement, policiers trop zélés… Une série qui a de quoi inquiéter, et même le Ramadan ne fait pas baisser ce rythme effréné.

Agressée car porteuse de niqab

Une jeune femme a subi un contrôle d’identité plus que musclé à Trappes ce jeudi, et son récit est des plus effrayants.

Cette jeune femme, qui porte le niqab ou voile intégral était dans la rue accompagnée de son époux et de sa mère, quand une patrouille de police est arrivée et a voulu procéder à un contrôle, en ayant l’habitude la jeune femme a voulu lever son voile, c’est alors qu’elle a vu un des agents de police pousser sa mère de manière très violente. Immédiatement elle a interpellé les autres agents et leur a demandé de constater ce qui se passait derrière eux, que sa mère n’avait rien à voir avec ce contrôle et que donc il ne fallait pas agir de la sorte avec elle, encore moins de manière violente, de plus sa mère était en retrait au moment du contrôle.

Quand le policier qui s’en prenait à la mère de la jeune femme eut fini, il se dirigea vers elle tout en faisant de grands gestes devant son visage et proférant des propos bien agressifs, effrayée la jeune femme lui demande alors de se taire, la suite est d’une violence inouïe :

 » Il m’a alors attrapée par le voile au niveau de la tête et traînée avec une force monstrueuse avant de me plaquer sur le capot de la voiture en disant : « C’est à moi que tu parles ? C’est à moi que tu parles hein !!!! » en me criant dessus. »

Arrivée au commissariat avec son époux embarqué aussi, la jeune femme a été traitée de « fantôme »… « Je ne cessais pas de demander à Dieu de l’aide contre cette violence  » La jeune femme a témoigné et a demandé l’aide du CCIF qui relate son témoignage.

De victime son mari devient agresseur

Son mari a lui aussi été malmené, violenté par les agents et placé en garde à vue pour avoir osé défendre sa femme et sa belle-mère et s’être opposé à la violence ainsi qu’aux provocations des agents. Quand les agents ont commencé à s’en prendre à sa belle-mère, le mari de la jeune femme avait alors protesté leur demandant de ne pas la toucher. « Ne la touchez pas elle n’a rien à voir avec le contrôle ». L’un des agents s’en est donc pris au mari aussitôt, s’énervant contre lui et lui hurlant dessus avec une grande agressivité et gonflant le torse face lui en disant :  » Tu vas faire quoi ? « . A ce moment là, la jeune femme s’était interposée afin que la situation ne dégénère pas.

Le jeune femme explique qu’ensuite et après qu’elle ait été plaquée sur la voiture, elle a vu son mari par terre, maintenu au sol par 2 policiers qui lui passaient les menottes. Suite à cela le mari et la femme ont été emmenés au commissariat, la jeune femme indique que dans la voiture les policiers leurs criaient dessus : « Comme si nous étions des chiens, ils ont menacé mon mari en l’insultant « Qu’est-ce que tu vas faire maintenant hein petite tafiole ?  » Tout cela en donnant des coups.  » Le jeune homme a été placé en garde à vue, et devait être jugé au tribunal de grande instance en comparution immédiate.

Triste constat

L’Imam de la ville de Trappes ainsi que d’autres personnes se sont ensuite présentées au commissariat afin de prendre fait pour le jeune homme, mais ont été refoulés. Qu’il est triste de constater que la France qui se dit être un pays où les citoyens ont des droits, a dans ses rangs des personnages tels que ces policiers, qui se plaisent en toute impunité et s’adonnent à un comportement violent et honteux, qui se plaisent à humilier des femmes et des hommes sous prétexte qu’ils ont une plaque qui leur attribue tous les pouvoirs.

Et bien entendu quand certains osent ensuite protester face à ces provocations, la situation se retourne, et de victimes ils deviennent agresseurs.

Femmes voilées violentées dans l’indifférence totale comme encore ces derniers jours, femmes voilées violentées par les forces de l’ordre, faut-il attendre que des femmes meurent sous les coups d’un agresseur civil ou porteur d’un uniforme pour que ces faits cessent ?  En comparaison avec de nombreux autres pays européens par exemple, « Notre douce France » a bien du retard dans l’acceptation de l’autre, se complaît à juger les autres où qu’ils soient mais ne daigne pas les accepter quand ils vivent à côté d’elle…

 

3 plusieurs commentaires

  1. Reims hier, Trappes aujourd’hui … Et demain ? Paris, Bordeaux, Liège, Bruxelles ? Dans cette histoire, les protagonistes se plaignent les uns des autres : « C’est pas moi qui ai commencé, ‘sieur, c’est l’autre » … Témoignages crédibles, de part et d’autre … Bien malin qui peut savoir qui dit la vérité; moi, en tout cas, je l’ignore, et j’ai peur …. J’ai peur parce que je sais que, demain il y aura d’autres incidents; et j’ai peur que l’un d’eux ne conduise à la catastrophe.

    Ce que je sais par contre, c’est que cette loi interdisant le port du voile islamique dans l’espace publique, loi que l’on savait injuste, insultante, inutile et irrespectueuse vis-à-vis d’une communauté tout entière, se révèle complètement contre-productive, puisque servant de légitimation à des actes de violence, tantôt portés sur des membres de la communauté musulmane, tantôt, certes, portés par ceux-ci, saturés, il est vrai, d’être les boucs-émissaires d’une société en déclin et en perte de valeurs morales.

    Alors, de grâce, vous qui avez les rennes de notre société entre les mains, vous qui avez été assez stupides que pour nous pondre une telle loi, pour le salut et la paix de cette même société, ayez enfin le courage et la sagesse de la supprimer.

    Luc.

  2. C’est bien joli tout cela, je veux bien croire qu’il y a préjudice… mais de là à cautionner des émeutes, brûlage de voitures de personnes au hasard etc…
    TF1 ne parle pas de ce qui s’est peut-être vraiment passé pendant le contrôle, mais les journalistes ici n’ont pas l’air de parler de ce qui es répondu.
    J’aimerais savoir ce que pense vos journalistes de telles violences dans les rues pendant un mois de ramadan (ou même en dehors).

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*