Accueil / Actualités / États-Unis : Quand un professeur enseigne la haine

États-Unis : Quand un professeur enseigne la haine

Jonathan Matusitz est professeur d’université en Floride. Mais il n’enseigne pas les mathématiques ou la littérature. Non, M. Matusitz analyse et intervient au sujet du terrorisme. Vaste programme.

Ses cours remis en question

La vidéo d’une conférence sur le sujet a immédiatement fait réagir les principaux représentants des musulmans aux États-Unis (CAIR) qui ont adressé à la faculté une lettre dénonçant les propos haineux, faux et emplis d’amalgames de Matusitz.

L’association, en plus d’inviter la faculté à revoir le programme enseigné par le professeur, lui reprocherait également ses affinités avec une organisation islamophobe américaine connue (Act for America).

Vouloir tuer les occidentaux serait culturel

prof

Jonatan Matusitz

Les déclarations de l’enseignant ont effectivement de quoi heurter la sensibilité de toute personne munie d’un minimum de bon sens. Voici qui donne le ton de son intervention : « Pourquoi tant de musulmans, comparé aux autres religions, veulent nous tuer ? La réponse est simple. Très simple. elle tient en 7 lettres : culture ! »

Il affirme que l’Angleterre, en acceptant d’accueillir des musulmans sur son territoire, a par la même occasion accepter la polygamie et les crimes d’honneur. Or, aucun texte de loi n’a été modifié en ce sens aux dernières nouvelles…

Et celui-ci d’ajouter : « Imaginez les conséquences d’un apprentissage de la haine du berceau à l’âge adulte (…) je préfère mettre les chances de mon côté et résister face à l’ennemi plutôt que d’abandonner et d’adopter ces cultures étrangères.»

Il persiste et signe

Interrogé par la chaîne de télévision WFTV Channel 9, Jonatan Matusitz a évoqué des phrases sorties de leur contexte, insistant sur le fait que les plaignants n’avaient pas assisté à tous ses cours.

Seulement, loin de lui l’envie de renoncer à ses idées consternantes. Ainsi déclare-t-il : « Je pense qu’ils ont tort (…) Je pense qu’ils ont peur de ceux qui disent la vérité. »

L’Université, qui fête ses 50 ans cette année et aurait préféré éviter ce genre de publicité, s’est totalement désolidarisée du discours du professeur. « Il ne parlait pas au nom de l’université et nous n’approuvons pas son point de vue » a déclaré un porte-parole. Seulement un établissement n’est-il pas responsable des matières qu’on y enseigne ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*