Accueil / Actualités / La fin des transports collectifs privés en Algérie ?

La fin des transports collectifs privés en Algérie ?


Depuis plus d’une décennie, le secteur du transport collectif algérien connaît une réelle expansion. L’ONTA (Organisation National des Travailleurs Algériens) affirme que le transport de 12 millions de personnes par jour est assuré à 95% par les transporteurs collectifs privés.

Quel est aujourd’hui le problème ?

Lors du troisième congrès de l’ONTA, les transporteurs ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis de l’organisation des transports en commun qui est de plus en plus difficile.

En effet, chaque transporteur possède son propre bus, chacun est censé desservir sur une ligne. Mais aujourd’hui, une ligne ayant besoin de 300 bus est finalement desservie par 1000 bus. Et d’autres lignes devant être représentés par 40 bus se retrouvent avec le double de voitures (servant de taxis aux citadins). Les engagements ne sont plus respectés, c’est l’anarchie dans ce domaine.  Le président de l’ONTA, Hocine Bouraba, dénonce le problème :  « Comment voulez-vous qu’il n’y ait pas d’excès de vitesse et d’accidents lorsque les transporteurs désirent arriver en premier pour repartir de plus belle et gagner le maximum d’argent ». Ce qui engendre, en plus de l’anarchie, des risques accrus d’accidents de la route.

Quelle(s) solution(s) ?

Pour l’ex-président de l’ONTA, Habir Hammaidi,  il faudrait donner le choix dans l’attribution des lignes aux transporteurs. En effet, selon lui, cette solution atténuerait les tensions. Mais surtout, il estime que pour être chauffeur de bus, une formation doit être mis en place, tout comme on en dispense pour le métier de conducteur de taxi. Pour lui c’est la meilleure des solutions afin résoudre le problème.

Il ne fait aucun doute qu’il faille absolument trouver une solution pour la régulation des transports en commun en Algérie. Cette situation est tout autant désagréable pour le conducteur que pour le passager, si ce n’est plus…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*