Accueil / Actualités / Nabil Hadjarab, prisonnier à Guantanamo, témoigne

Nabil Hadjarab, prisonnier à Guantanamo, témoigne

Détenu arbitrairement à Guantanamo depuis 11 longues années, le Français d’origine algérienne, Nabil Hadjarab, 33 ans, fait partie des 167 prisonniers que compte cette prison où règne le non-droit.

Grève de la faim

Depuis le 6 février 2013, plus de la moitié des 167 détenus font la grève de la faim. Les détenus jeûnent car ils ont perdu tout espoir de sortir un jour et de se libérer de ce système kafkaïen car aucun jugement ne les a condamnés, aucun chef d’accusation n’officialise cette détention dont les conditions apparaissent des plus inhumaines et déshonorantes !

Problème politique et raisons obscures

Depuis 2007, beaucoup sont pourtant « libérables et transférables ». Nabil Hadjarab est de ceux-là et souhaiterait être accueilli en France, « dans le pays qu’il aime » et où vit sa famille. Son oncle, Ahmed Hadjarab, vient de lancer une pétition en sa faveur, assortie d’une lettre « afin de convaincre François Hollande, Manuel Valls et Laurent Fabius d’agir dans le bon sens ».

Torture physique et psychologique

En désespoir de cause, ce vendredi 26 avril, une requête en référé-liberté a été déposée auprès du tribunal administratif de Paris afin que le ministre de l’Intérieur fasse « droit à la demande de Monsieur Ahmed Hadjarab d’accueillir son neveu Nabil sur le territoire français et de prendre toutes mesures utiles propres à faire cesser le traitement inhumain auquel il est soumis. »

Les associations de défense des droits de l’homme reprochent au gouvernement américain de détenir à Guantanamo des individus uniquement soupçonnés de terrorisme et ceci sans limite de temps, ni chefs d’accusation. Faits régulièrement critiqués sans que rien n’évolue. Les ONG accusent également les responsables du camp de recourir à la torture physique et psychologique sur les prisonniers.

Guantanamo

Nabil Hadjarab a raconté son calvaire quotidien à son avocate Tara Murray, de l’association juridique britannique « Reprieve », lors d’une conversation téléphonique non-classifiée. Placé en isolement, nourri par « gavage », l’homme est à bout et parle, L’Express en publie l’intégralité.

Fermeture de Guantanamo

Fermer cette zone de non-droit en territoire américain faisait partie des priorités de Barack Obama pendant son premier mandat mais la promesse, s’en étonne-t-on réellement ?, reste non tenue. Il faudra attendre encore longtemps selon Simon Petermann, professeur universitaire belge. A ce jour, seul le tanzanien Ahmed Khalfan Ghailani a été jugé… et condamné à la prison à perpétuité.

Le calvaire de Nabil Hadjarab nous concerne tous, ne l’oublions pas.

Crédit photo : Photo REUTERS/Bob Strong / DR

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*