Accueil / Actualités / La SNCF coupable de racisme et de discrimination ?

La SNCF coupable de racisme et de discrimination ?

Dans le cadre de l’accueil du premier ministre israélien, la Société Nationale des Chemins de Fer et Itiremia, une filiale du groupe, se seraient-elles rendues coupables de discrimination et racisme le 8 mars dernier comme l’affirment plusieurs syndicats rapportant des témoignages choquants ?

Critères raciaux

Un communiqué fait état d’actes discriminatoires et de sélections raciales lors du choix du personnel susceptible d’entrer en contact avec Shimon Peres lors de sa dernière visite en France.

Il s’agissait de choisir 3 porteurs chargés de prendre en charge les bagages de la délégation israélienne en Gare du Nord. Seulement l’Union Syndicale Solidaires et Sud Rail dénoncent « un étrange ‘marché’ au sein du personnel, excluant les ‘Noirs et les Arabes’ ». Un responsable a ensuite admis, face à l’indignation et aux questions du personnel, avoir effectué une sélection fondée sur la confession supposée des employés.

Défense d’approcher

Autres faits inquiétants, un contrôleur se serait vu interdire l’accès à la voiture où se trouvait Shimon Peres du seul fait de sa couleur de peau, l’homme étant métis et un conducteur d’origine maghrébine à qui on aurait interdit de traverser la zone où se trouvait le ministre n’aurait pas pu rejoindre son train.

Outre le fait de savoir d’où viennent les instructions racistes, les syndicats réclament la condamnation publique de ces pratiques par la SNCF.

Ces mesures sécuritaires semblent ignorer un fait important, un ‘détail’ de taille : les opposants au régime sioniste ne sont pas forcément musulmans, et les musulmans ne sont pas tous noirs ou arabes. De quoi accroître la paranoïa israélienne.

 

Rien de tel qu’une lecture complète du communiqué des syndicats pour se faire une idée des fautes dont se serait rendue coupable la SNCF.

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*