Accueil / Actualités / Allemagne : Groupes salafistes interdits

Allemagne : Groupes salafistes interdits

Ce mercredi 13 mars, le ministère de l’intérieur allemand annonçait l’interdiction de trois groupes salafistes. Une opération qui fait suite à une autre action d’ampleur en juin 2012 mais aussi et, l’on s’en souvient à une campagne de publicité appelant à dénoncer « l’intégrisme religieux » musulman.

Les mouvances fondamentalistes épinglées

Tout comme leurs voisins, les Allemands ont très vite montré du doigt ces « salafistes » que l’on refuse de croire compatibles avec la République, stigmatisant ainsi une fois de plus la communauté musulmane. Les affaires se suivent et on ne lésine pas sur les moyens, en juin 2012, ce sont 850 membres des forces de l’ordre qui avaient fouillé environ 70 bâtiments : appartements, mosquées, écoles et locaux associatifs. « D’importants éléments de preuve avaient pu être rassemblés » selon les enquêteurs mais aucune arrestation ou même condamnation avaient été prononcées. Une première association avait pourtant été interdite, celle de Millatu Ibrahim que l’on jugeait (partialement ?) contre l’ordre constitutionnel.

Des radicaux, encore des radicaux

Cette fois, ce sont les groupes DawaFFM, Audios islamiques et An-Nussrah qui ont été dissous, le prétexte invoqué lui, ne varie guère « Le salafisme, tel qu’il est professé par les groupes interdits aujourd’hui, n’est pas compatible avec notre ordre public démocratique et libre » affirmait le jour même Hans-Peter Friedrich, ministre de l’intérieur.

Valls/Friedrich même combat, celui de jeter l’opprobre sur une partie de la population afin de gagner la sympathie des vrais néo-fascistes.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*