Accueil / Bien-être / Après le cheval, les poissons

Après le cheval, les poissons

On aurait presque cru à une blague, comment peut-il en être autrement ? Alors que le scandale des lasagnes de cheval ne finit pas de faire parler de lui, Bruxelles annonce le retour des farines animales pour nourrir les poissons d’élevage dès le 1er juin prochain.

Les poissons et les autres aussi

On apprend également que les volailles et les porcs auront aussi droit à ce régime particulier à partir de l’année prochaine. Les arguments de la Commission européenne sont irréfutables, l’affaire de la « vache folle » est maintenant loin, on peut désormais recommencer à faire du profit. On nous affirme d’ailleurs que nous sommes « dans la phase finale de l’éradication de l’encéphalopathie spongiforme bovine au sein du cheptel bovin« , pourquoi s’inquiéter alors, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de bovins cette fois.

Aucune crainte à avoir…

Les « farines animales » n’en seraient pas vraiment puisqu’il s’agit en réalité de « protéines animales transformées« , un savant mélange de plumes, de sang, d’os, de pattes et de gras réduits en farine. Bref, que du ragoûtant.

Puis, quoi de mieux, pour être parfaitement rassuré que d’avoir la certitude qu’il n’y aura pas de cannibalisme. Les poissons goberont des farines de volailles et de porcs et ces derniers ne mangeront que du poisson. Désormais, on devra vérifier en plus de nos viandes, nos poissons aussi au risque de trouver des traces de porcs à l’intérieur !

Le ministère de l’Ecologie muet comme une carpe

L’Agence nationale de sécurité sanitaire a donné en octobre 2011 un avis négatif au motif de risques éventuels pour la santé publique. La ministre Delphine Batho s’était contentée de promettre un label « sans farines animales » comme si cela allait suffire à couvrir les excès des producteurs les moins  scrupuleux. L’Elysée, quant à lui, affirme que la France y est opposée et qu’elle n’utilisera pas ces farines, mais quand on connait les dessous de l’industrie alimentaire, désireuse avant tout de ne pas se faire écraser par le marché européen, on a quand même du souci à se faire.

saveur bacon

saveur bacon

 Sources : Le canard enchaîné, image Huffigton post 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*