Accueil / Actualités / Qatar-Israël : « tu me tiens, je te tiens par la barbichette »

Qatar-Israël : « tu me tiens, je te tiens par la barbichette »

Quand le Qatar et Israël s’associent dans leurs intérêts individualistes, cela donne un soutien mutuel…

Quand le Qatar finance Israël

L’ancienne ministre des Affaires étrangères et chef du parti Kadima, Tzipi Livni, a déclaré sur une chaine de télévision israélienne que son rival Benjamin Netanyahu a reçu du Qatar 3 millions de dollars pour sa campagne électorale. Idem, pour son allié Israël Beitenou, présidé par Avigdor Lieberman, qui a reçu 2,5 millions de dollars. À l’exception de deux quotidiens israéliens, notamment le The Jerusalem Post, qui l’ont reprise, cette révélation n’a pas eu une grande résonance médiatique, ni en « Israël », ni évidemment dans la presse occidentale. Tzipi Livni a ajouté que certains hauts responsables « commettent une grave erreur, car nous apparaissons dans le monde comme des voleurs de grands chemin » (doit-on lui rappeler que c’est déjà le cas ?). Le Qatar est un pays ami et « je suis personnellement très amie avec madame Moza (femme de l’émir du Qatar) ».

Quand Israël finance le Qatar

On pouvait apprendre sur le site identitéjuive que  la semaine dernière un entretien secret entre le Premier ministre israélien Netanyahu et son homologue qatari à Paris, en marge de sa visite dans la capitale française, on apprend également d’un journal qatari, que la sécurité du Mondial de football de 2022, prévu au Qatar, aurait été confiée à des sociétés israéliennes, pour un contrat évalué à 2 milliards de dollars.

La participation de sociétés israéliennes au Mondial 2022 au Qatar a été validée par le Premier ministre qatari, le Cheikh Hamad Ben Jassim Al-Thani. Il aurait déjà confié la sécurité de la Coupe du monde de football 2022, qui se déroulera au Qatar. 
Ce n’est pas la première fois que des princes du Golfe et des sociétés israéliennes font des affaires ensemble, mais en général, cela reste confidentiel pour éviter les problèmes politiques. Et les deals sont conclus via des entités basées dans les paradis fiscaux afin d’éloigner les curieux.

Saviez-vous, par exemple, que le gouvernement israélien et celui des Emirats-Arabes Unis ont ainsi racheté une banque américaine pendant la crise en janvier 2009 ? En plein pendant l’opération plomb durci! 
Si le Qatar a rompu ses relations avec Israël en 2009 à la suite de l’opération “Plomb durci ” contre Gaza, les relations secrètes ont été maintenues au plus haut niveau. 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*