Accueil / Actualités / Une policière expulse une fillette de cinq ans pour impayé !

Une policière expulse une fillette de cinq ans pour impayé !

Pathétique, honteux, inimaginable… Les termes peuvent être nombreux pour décrire l’horrible éducation de ces « éducateurs » irresponsables, inhumains pour avoir agit de la sorte. Un impayé des parents et voilà qu’on expulse une fille de 5 ans de la cantine ! Un acte d’une extrême violence…

AFP – Cela s’est déroulé à la cantine municipale d’Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques) par une policière, en raison d’un impayé de 170 euros, tout ça devant ses petits camarades pensant tous naïvement (ou presque) qu’elle allait finir en prison. 

« C’est un procédé irresponsable (…) on ne prend pas les enfants en otage de cette manière », a fustigé le directeur de l’école Saint Vincent, Laurent Aguergaray, précisant que Léa et ses camarades avaient été traumatisés: « Quand Léa est revenue (mardi) dans l’après-midi, ils étaient étonnés. Ils pensaient qu’elle était en prison. La maîtresse a discuté avec toute la classe pour tenter de dédramatiser ».

Selon le père de Léa, la policière municipale est entrée « en plein déjeuner des enfants » dans la cantine située à quelque 200 mètres de son école, pour ramener Léa au domicile de sa mère. Mais dans le même temps, celle-ci était partie la chercher à l’école et la policière l’a alors conduite dans les locaux de la police où « elle a été nourrie ».

Le ministre de l’Education nationale s’est également insurgé contre cette mesure « scandaleuse ». « Je désapprouve fortement cet acte. Je crois que l’ensemble des Français auront la même considération et de la peine qu’un élu puisse avoir un comportement de cette nature », a commenté Vincent Peillon.

Le maire sans étiquette de la commune Dominique Lesbats a regretté « le déroulement des événements » mais souligné que « la mère avait été avertie mardi qu’elle devait venir chercher sa fille, qui ne pouvait pas déjeuner à la cantine » et que cette dernière n’est finalement « pas venue ».

Le  syndicat national des policiers municipaux, par la voix de son secrétaire général, a défendu la policière en indiquant que « la policière avait reçu un ordre direct de la mairie ».

2 plusieurs commentaires

  1. Dún cote cést nrml quón sois stricte sinon ,tous le monde commencera as jouer avc les payement mais ! en aucun cas traumatiser un enfants de cette facon ! jéspere quélle as ete au moins supendue de sont service !

  2. Pathétique, il n’y a pas d’autres mots….

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*