Accueil / Actualités / Turquie : une évolution positive

Turquie : une évolution positive

La Turquie apporte un changement au sein de son pays et décide d’autoriser le voile des jeunes filles musulmanes dans les écoles religieuses.

Un point positif

C’est un pas en avant pour la population musulmane turque que d’avoir le droit d’enfin pouvoir porter le voile au sein des écoles religieuses. Le hijab devrait bientôt être autorisé au sein des écoles Imam Hatip : écoles religieuses en Turquie. C’est le premier ministre Erdogan qui fait l’annonce de cette nouvelle ce Mardi à Madrid pendant une conférence.

Quelques modifications…

Jusqu’à lors en Turquie, les jeunes filles musulmanes prenant des cours dans une école religieuse n’avaient pas le droit de porter leur voile au sein de celle-ci. Mais dès à présent, un changement devrait être effectué à ce niveau, après la nouvelle faite par le premier ministre turc. Ce n’est pas tout, en plus de cela, les écoliers désirant rejoindre cette école ne devront plus attendre leur quinzième anniversaire, mais en auront désormais la possibilité à partir de leur 11 ans.Mais encore, au sein des écoles non religieuses donnant néanmoins des cours coraniques, les jeunes étudiantes pourront dès à présent elles aussi porter librement leur voile, seulement durant ces cours
 religieux. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre lors de la conférence de presse à Madrid, ajoutant également que le port de l’uniforme sera lui, supprimé.

Recep Tayyip Erdogan s’explique simplement

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan justifie sa décision en affirmant qu’elle est « une réponse à une demande de l’opinion publique ». Il complète ses explications lors de la conférence de presse de Mardi en ces mots : « Laissons chacun habiller ses enfants comme il le souhaite, en fonction de ses moyens ».
[pullquote_left]Un changement prévu que pour l’année prochaine, et pourtant…[/pullquote_left]

Une satisfaction qui ne fait pas l’unanimité
Ces changements ne devront se concrétiser qu’à partir de la rentrée prochaine. Et pourtant, les laïques, les juges, les recteurs d’université et les généraux de l’armée n’ont pas attendu leur mise en pratique pour exprimer leur mécontentement et leur opposition à cette décision, ne souhaitant aucunement que le voile fasse partie des droits des étudiantes.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*