Accueil / Actualités / Ce soir ou -plutôt- jamais sur l’islamophobie – Décryptage

Ce soir ou -plutôt- jamais sur l’islamophobie – Décryptage

Chose promise, chose due. Au lendemain de la houleuse émission « Ce soir ou jamais » diffusée sur France 3, nous nous devions de faire un article en hommage au ridicule cinglant que l’on a frisé. Le thème de la deuxième partie de l’émission portait sur l’islamophobie. Oui l’islamophobie, ce terme bien mal accepté par un troupeau de non-musulmans et encore bien plus mal perçu par des pseudo-musulmans. Décryptage.

 Les invités

Dans sa revue de presse, comme on tend à l’appeler, Frédéric Taddeï nous a présenté la « dream team » du soir composée de journalistes, islamologues, politique et autres. Un cocktail des plus aigre-doux.

Vous trouverez la vidéo de ce décryptage ici.

On notera déjà que sur les canapés, on aperçoit cinq personnes d’un côté et quatre en face, drôle d’équité lorsque qu’on connaît les invités, le système de l’émission et qu’on apprend que Marwan Muhammad du CCIF a été prié de ne pas venir 24h avant la diffusion.

Le côté que j’appellerai « anti-islamophobie » paraît étroitement assis à tel point que le pauvre Charb ( de Charlot Hebdo ) semblait avoir une fesse dans le vide et que le pauvre cadreur le zappe dans la majorité de ses prises larges.

Premier intervenant, à défaut d’être le meilleur, Pierre Jourde, nous explique d’une manière très consciencieuse que pour lui arachnophobie signifie peur des araignées et qu’ islamophobie signifierait peur de l’Islam. Waouh, il s’est pas foulé le type. Et le pire c’est que pour lui on ne peut pas prétendre en France que des gens craignent l’Islam. Premier non-sens d’un professeur.

Pascal Boniface fameux défenseur de l’Islam et des « arabes ». Heureusement qu’il était là lui, je dis bien « lui ». Tout semblait si clair quand M. Boniface s’est exprimé jusqu’à ce que… jusqu’à ce que l’arabe de service, arabe refoulé prenne la parole. Et là, patatra… c’est le drame. On assiste un cours de philo d’un prétendu agnostique ou athée, je ne sais pas encore. Selon ce gentil monsieur qui apparaît comme l’arabe parfaitement intégré qui ne porte d’islamique que son nom, « il y a une maladie de l’Islam » (47″42) et l’Islam « traverse des crises » et « il n’a pas l’intelligence de donner une bonne image de lui-même »‘48″15). Que de révélations intéressantes, il réduit donc l’Islam a un courant adopté par des brebis qui ne savent pas mettre des mots sur leur foi ou bien, qui, lorsqu’elles tentent d’extérioriser leur amour de Dieu, sombrent dans l’affichage communautaire et devinez quoi? C’est la faute de l’Islam parce que cette « civilisation est en mauvaise état »!

Vous noterez bien que nous sommes, nous musulmans, non pas une communauté mais une civilisation. A vos chameaux et vos tentes les amis! Je me sens plongé au 7 ème siècle et plus récemment, j’ai l’impression de lire mon bouquin d’Histoire de 5ème. Nous répondons à cet arabo-philosopho-refoulé que la seule mauvaise image que l’Islam a, est celle qu’on tente de lui donner et ce ne sont pas ses adeptes qui en sont la cause mais tout à l’inverse, les témoins stupéfaits. L’Islam des Croisades demeure une partie bien mal connue de ces philosophes à la gomme qui ne cessent d’énumérer des mots en –istes pour amuser l’auditoire. Et le passé des croisades chrétiennes, aux oubliettes? Et le passé du Clergé et ses dérives, c’est mieux? Mais dans le fond que nous apprend concrètement ce monsieur dans son plaidoyer qui sonne mélodieusement ? Que dalle, sinon qu’il a des lacunes profondes avec les femmes voilées ( 48″32 ) qui semblent entrer dans la même zone interdite que les intégristes et terroristes cités dans la même phrase… Si cela n’est pas un amalgame à l’état pur, qu’est-ce? Merci à Abdennour Bidar qui nous cite son maître spirituel  Mohamed Arkoun et qui n’hésite pas à le désigner comme le plus grand islamologue. Merci pour cette grande référence que beaucoup de musulmans connaissent… ou pas. Finalement, ils nous invitent à nous en « remettre ». Mais à nous remettre de quoi Abdennour? De ton allocution creuse où tu nous sers une soupe indigeste. Fort sympa le gars, ils nous a pris pour des désespérés qui sans son analyse, seraient destinés à nous jeter du haut d’une falaise.

Mon coeur a failli s’arrêter quand l’inspecteur de TF1 a pris la parole ! Julie Lescaut, oui elle, vous ne rêvez pas, va dégainer, préparez-vous les amis à déguerpir ! Mais nous ne sommes pas –ou plus– dans un film Véronique… Durant tout son blabla plein de haine, elle dira une parole, une seule qui sera à moitié vrai ! Rendement négatif vous me direz ! Celle-ci :  » Moi je ne je ne suis ni philosophe ( on admet que tu dis vrai Véro, sur ce point ) ni rien ( ah là non, si si tu n’es vraiment rien, tu vas t’en rendre compte par la suite… ) mais je leur parle et les côtoie ( Qui donc? Le défunt Mous Diouf? Arrête tes délires ! ) ». Une chose que j’ai bien aimé, c’est qu’elle nous avance que l’Islam est en permanence à la une, il est sujet de tout débat. Mais est-ce un constat ou une vérité mal comprise? Les musulmans ne demandent que ça, qu’on arrête de parler d’eux, de les évoquer, de les mentionner dans toutes les revues. Croyez-vous qu’on leur donne ce droit? Non. Ce constat alarmant est le même pour nous mais est-ce pour autant notre faute à nous musulmans de France, musulmans français? Et aïe le pire est arrivé, Véronique Genest a un bug avec un mot totalement français pourtant, comme elle. Le terme « multiru« , le « multucu… pardon« , le « multutucucu » et allez tous avec elle : « multuturalisme » ; oula il manque des lettres Véronique mais on te dit « c’est bien » donc c’est bien, ça ira malgré les yeux ébahis de l’ami Yassine Belattar, on ne va pas t’en tenir rigueur cette fois-ci en tant que bonne française bien intégrée dans son propre pays hein ! Alors, comme ça on t’impose en permanence d’être musulmane Véronique? ( 52″32 ) « Dans le halal dans les écoles « ! Explosion de rire ! Donc si on mange halal et que l’on veut que nos enfants mangent halal, cela devient une imposition à tous et donc à toi aussi? Julie Lescaut croit sûrement qu’elle est en tournage…

Et selon elle, les femmes qui portent le voile lui imposent de le porter ! A tel point que Charb lui-même l’arrête… C’est dire le débit de débilités.

Calamity Jane

Et là, préparez-vous au fou rire, (53″49) un personnage atypique va prendre la parole, un mammouth décongelé coiffé à la Davy Crockett et tout autant téméraire, alias Anne-Marie Delcambre et dite professeur d’arabe. Hum… succulent tout ça. Elle nous invente un nouveau terme alors qu’on arrive même pas à faire digérer celui du sujet du jour, la « musulmanophobie, » qui n’a rien bien évidemment, de l’ « islamophobie « . Et boum, dans nos dents : « l’Islam n’est pas une religion de paix » (54″04) et « il est né à l’ombre des épées » ! C’est dit! Prof d’arabe et islamologue la mémé ? Elle a oublié alors l’étymologie du mot « Islam », le sens n’en parlons même pas ça serait trop demander à ses méninges, et elle nous apprend que le monde s’est converti à coups d’épée ! Beh oui, c’est su de tous, il y a aujourd’hui environ 10 millions de musulmans en France ( pas 6 comme on voudrait le faire gober ) qui se sont réveillés un matin avec le sabre sous la gorge et à qui on a dit « Toi mon pote, tu vas faire ton attestation de foi ou je te tranche ». « Quand on entend des conneries pareilles » s’énerve t-elle avant que Pascal Boniface lui fasse comprendre que ses paroles en étaient.
Pour ceux qui penseraient comme elle que l’Islam n’est pas prosélyte, à quoi bon l’être si vous estimez qu’il ne l’est pas ? Il demeure si on le suggère une « religion de bisounours »dans la mesure où son message est, pour ceux qui ont les yeux en face des orifices, une religion qui appelle à la paix et qui ne suggère que la paix dans toutes ses formes. En 40 ans de lecture du Coran ne pas le comprendre, c’est se demander si elle n’a pas la cataracte la pauvre dame.

A partir de  la 55 ème minute, elle devient hystérique, Taddeï se demande s’il ne faut pas la piquer pour la calmer. Elle s’en fout de la Bible nous dit-elle! Sincèrement, nous aussi mais c’est pas trop gentils pour ses compagnons de galère qui ont du mal à la comprendre. Ce qui ne manque pas de faire rire la troupe, et nous aussi par la-même. Elle n’arrive plus à se contrôler et part dans un délire freestyle où elle veut qu’on lui crie que « l’Islam est dangereux« . Sincèrement, juste pour ne plus entendre ses couinements, si j’avais été sur le plateau je l’aurais hurlé !  » Oui Calamity Jane, l’Islam est dangereux! « 

Il y a une séquence qui me tue de rire (56″49), l’aliénée se met à faire une imitation de l’arabe. C’est anthologique ! C’est bizarre que le plus clown de toute la bande paraisse le plus posé sur le sujet, on comprend à ce moment là que l’Islam n’est pas quelque chose qui se colporte, mais réellement qui se vit. Bien que lui aussi soit un peu limité, on ne peut pas lui en demander plus, c’est un humoriste.

Alain Madelain, on comprend pas trop pourquoi il est venu? C’est quoi son rôle? Le type on lui dit « parle de la France« , il nous parle du Mali, on lui répète de parler de la France il parle de Mars et de l’Espagne, dur de la feuille l’ancien ministre. Bizarrement les gens qui sont censés « défendre » l’Islam, si toutefois il aurait besoin de défenseurs, sont à la ramasse.

Il y a un gars farouche qui a tardé avant d’intervenir mais quand il l’a ouverte, on s’est hâté d’une chose : qu’il la ferme…définitivement et, que dans la foulée on cloue le bec à la mégère hyperactive qui n’arrive même pas à se tenir tellement son adrénaline est au top.

Le fond du sujet

La France va mal. La Peste nous frappe. Il faut un coupable. Et l’Islam est coupable car il existe. L’Islam est le meilleur alibi qui soit, il arrive au moment inopiné, là où plus rien ne va, ni France ni ailleurs d’ailleurs. Farouchement l’Islam intéresse et émerveille, même ses détracteurs. Pour preuve, quand on remarque que des gens ont passé leur vie à tenter de décrypter le message islamique pour ensuite ne rien piger, je reste fasciné par l’abnégation de ces gens et attristé par la-même par leur faiblesse d’esprit. Ces gens lisent le Livre de Ma Religion, sûrement même plus que moi et malgré tout, malgré cette envie, ils ne trouvent pas la clé. Ils ne trouvent pas l’apaisement, ils ne trouvent pas l’Amour d’Allah. 

S’il y a bien une chose que cette émission m’a apporté, sans doute tout comme vous, c’est la sensation de bien-être, celle d’être au bon endroit au bon moment et d’être fier, fier d’être ce que je suis face à ce que sont ceux qui ne savent pas… mais ce n’est pas leur faute, ils ne peuvent pas –encore– comprendre. Ils ne savent pas. 

« Dis : sont-ils équivalents ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?  ».

[sourat  Az-Zoumar / 9]

 

 

 

 

 

8 plusieurs commentaires

  1. Très bon résumé avec ce qu’il faut d’humour 🙂
    Les intervenants triés sur le volet orientent un débat redondant et qui pourtant ne lasse pas… L’Islam fait de l’audience, c’est leur gagne pain. Le pointer du doigt pour mieux le dénigrer ensuite. Conclusion : Eteignons nos télévisions ! loool.

  2. Salam alikoum.

    Bon résumé de l’émission, ridicule au plus au point, avec personne de réellement calé sur l’Islam pour en parler comme il se doit, et répondre à la vieille Davy Crocket, dont il faut se méfier, car elle connait quand même des choses, et sait citer les hadiths et passages coranique qui peuvent porter à confusion pour les personnes qui ne s’y connaissent pas, et qui ne sauront comment lui répondre justement. J’ai déjà entendu un audio de cette personne qui s’était passé sur radio courtoisie, je peux vous dire qu’elle était bien plus virulente que sur le plateau de france3.

    Un Merwan Mohammed malheureusement aurait pu lui répondre je pense.

  3. Cet article est excellent!! j ai pas encore vu l emission ms je vais regarder franchement il vaut mieux en rire non ???Al hamdullillah à celui qui nous a choisi et qui a ouvert notre coeur a la plus belle chose sur cette terre l ISLAM

  4. Ahah 🙂
    Moi qui ne savais pas quoi regarder ce soir, je vais sûrement me faire ce « documentaire » (rhm rhm…) histoire de rigoler un peu ! Merci !

  5. Salam ‘aleykoum j’ai regardé l’émission, j’en ai fait la critique puis j’ai lu la votre et j’ai trouvé les mêmes choses que vous a quelques exceptions près. Je reviens sur une des remarques de madame chiwawa qui dit que l’islam est très ouvert au début et très fermé a la fin en parlant de l’apostasie punie de mort. Je trouve très grossier de la part d’une personne étudiant pendant 40 années la religion musulmane de ne pas connaitre la signification d’une telle sanction en territoire musulman. Dites moi si je me trouve mais il me semble que cette sanction était reversée aux musulmans qui trahissait leur camp en temps de guerre. Je précise que j’étudie l’islam depuis 2 ans. Cette dame de tout évidence n’a pas une critique neutre de l’islam.

  6. merci pour ces quelques minutes de sourire…Je n’ai pas vu l’émission, ne compte pas la voir (vous avez tout dit lol)…

    Voilà encore une riche émission pleine de sens sur l’islam, sans islam.

    Je me permettrai 2 citations. Une pour répondre à cette belle réplique :
    « il est naît à l’ombre des épées » !
    « L’histoire montre clairement que la légende des musulmans fanatiques, balayant le monde et imposant l’Islam par la pointe de l’épée aux races conquises est un des mythes les plus fantastiquement absurdes qui aient jamais été rapportés par les historiens”.
    De Lacy O’Leary, Général de l’armée britannique, dans « Islam at the crossroad », 1923.

    une seconde qui me servira de conclusion et de réponse à ce genre d’émission affligeante
    “La façon dont il accepta les persécutions dues à sa foi, la haute moralité des hommes qui vécurent à ses côtés et qui le prirent pour guide, la grandeur de son œuvre ultime, tout cela ne fait que démontrer son intégrité fondamentale. La supposition selon laquelle Mohammad serait un imposteur soulève plus de problèmes qu’elle n’en résout. Et pourtant aucune des grandes figures de l’histoire n’est si peu appréciée en Occident que le Prophète Mohammad.”
    William Mongomery Watt, professeur d’arabe écossais, dans « Mohammed at Mecca », 1953.

    encore merci à vous.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*