Accueil / Actualités / Birmanie : Les violences continuent

Birmanie : Les violences continuent

La Birmanie est le théâtre, depuis le mois de juin, de violences extrêmes. La minorité ethnique des Rohingyas confinée dans l’État Rakhine, est privée de nationalité et subit les pires exactions. L’O.N.U considère d’ailleurs cette population, musulmane par ailleurs, comme la plus persécutée de la planète!

Cette semaine encore, il est fait état de 82 morts  et 129 blessés a indiqué un responsable gouvernemental. [pullquote]« L’ONU est très inquiète à la suite d’informations sur une reprise des conflits intercommunautaires dans plusieurs endroits de l’État Rakhine, qui ont fait des morts et forcé des milliers de personnes, y compris des femmes et des enfants, à fuir leurs maisons », a déclaré le chef des Nations unies à Rangoun, Ashok Nigam[/pullquote]

La nouvelle vague d’affrontements a poussé des milliers d’autres musulmans à fuir. Ils étaient déjà 75.000, en juin, à avoir été déplacés. Les Rohingyas de Birmanie, vivent dans des conditions misérables dans des camps où ils manquent de nourriture et de soins à l’instar de Sittwe, quartier musulman transformé en ghetto, surveillé en permanence par la police et l’armée qui se rendent coupables des pires persécutions. « La façon dont la situation se développe devient très inquiétante », explique Chris Lewa, responsable de l’ONG The Arakan project « Il semble qu’il y ait une volonté d’éliminer les Rohingyas de toutes les communes où ils sont minoritaires, dans le prolongement de ce qui s’est passé à Sittwe ».

Après les affrontements, les soldats ont déclenché une campagne de violences et de rafles massives contre les Rohingyas, et bien que le gouvernement affirme vouloir mettre fin aux violences, il laisse les forces de sécurité libres de commettre persécutions et discriminations. Récemment, les moines bouddhistes avaient manifesté pour approuver l’idée du président birman Thein Sein, afin que les Rohingyas soient expulsés du pays ou groupés dans des camps. Une banderole proclamait « Protégeons notre Mère la Birmanie en soutenant le président ».

Alors que nous venons de célébrer la fête du sacrifice, n’oublions pas que des membres de notre communauté, à travers le monde, souffrent.

Le Messager d’Allah (Paix et bénédictions sur lui) a dit : « Celui qui ne se soucie pas des affaires des Musulmans ne fait pas partie d’eux » [Hadith sahih]

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*