Accueil / Actualités / Le Mossad a enlevé mon mari

Le Mossad a enlevé mon mari

Israël, la grande démocratie qu’on essaie de nous représenter dans les médias mondiaux, est loin d’être le régime pacifique qu’on voudrait nous faire croire, plus habitué à commettre des actes illégaux aux regard des lois internationales qu’à « semer la paix », mais Israël pourtant se place toujours en victime, victime des méchants palestiniens (qui n’ont pas d’armée), victime des menaces iraniennes…. 

En plus de l’occupation de la Palestine, de la colonisation des terres palestiniennes qui ne cesse pas, des arrestations arbitraires, des tortures, de la mort quotidienne de palestiniens, de l’embargo sur Gaza, il faut aussi compter avec les kidnappings commis par le Mossad israélien en toute impunité et qui passent souvent inaperçus. Il y a un certain temps, un enlèvement commis par le Mossad à Dubaï avait fait scandale uniquement grâce au fait que les agents israéliens avaient été filmés par des caméras de surveillance, mais combien d’autres commis sans que personne n’en parle…. 

C’est le cas de Dirar Abu Sisi et voici son histoire que sa femme Veronica nous a détaillée à Gaza : 

Un ingénieur gènant

Dirar Abu Sisi, lors de son enlèvement en février 2011 alors qu’il était en Ukraine était le directeur de la centrale électrique de Gaza,  un ingénieur, scientifique éminent qui avait trouvé semble t-il une solution afin de pouvoir alimenter Gaza en électricité sans aucun problème et surtout sans dépendre des israéliens.

En Ukraine pour des raisons professionnelles, Dirar a été enlevé à sa sortie d’un train, après avoir été enlevé et frappé par les agents israéliens, Dirar a été mis dans un cercueil pour faire le « voyage » d’Ukraine jusqu’en Israël, et comme le dit Veronica pour « qu’il se retrouve dans un autre cercueil, sa cellule d’1 mètre sur 1 mètre 50 ». Il y a eu un témoin de l’enlèvement de Dirar à la sortie  du train en Ukraine, mais il refuse de témoigner par peur.

On peut dès lors se demander la raison de cette enlèvement….

La communauté internationale qui ferme les yeux

Veronica, la femme de Dirar est dans une situation horrible depuis que son mari a été kidnappé par le Mossad (services secrets israéliens), elle se retrouve seule avec ses 6 enfants et personne ne leur vient en aide, personne ne parle du cas de Dirar. Veronica, musulmane d’origine Ukrainienne a pourtant tenté d’avoir des explications, en Ukraine et ailleurs, elle a mené une grève de la faim, mais personne, personne ne semble vouloir prêter attention au cas de Dirar qui croupit depuis plus d’un an et demi dans une cellule israélienne sans charge, ni jugement et surtout après une arrestation totalement illégale: un enlèvement dans un autre pays.

Veronica est partie en Ukraine afin de demander aux autorités d’intervenir pour la libération de son mari, mais rien n’a été fait et personne n’a voulu coopérer avec elle, les avocats européens quant à eux refusent de traiter cette affaire, ils disent que c’est une question trop « sensible » et son dossier a été classé « criminal case » (affaire criminelle). Quand l’Ambassadeur d’Ukraine était en visite à Gaza, Veronica a pu le rencontrer mais il a prétendu ne pas être au courant du cas de Dirar, ce qui est faux, et elle déplore donc sa position car il refuse également de parler de la cause de Dirar qui a pourtant été enlevé sur le territoire ukrainien.

Isolement, mauvais traitements et tentatives de le pousser à la folie

Depuis cet évènement, Dirar est dans une prison israélienne, à l’isolement, et son état de santé se détériore gravement, il souffre d’asthme est la cellule où il est enfermé est très humide ce qui aggrave son état, il a perdu une vingtaine  de kilos et bien sur Israël ne laisse pas sa famille lui rendre visite. Des pressions psychologiques cruelles sont commises contre lui en plus de l’isolement total qu’il subit, par exemple quand ses enfants et sa femme lui envoient des photos, l’administration pénitentiaire israélienne les refuse sous prétexte que les enfants font des « signes douteux ».

 

 

 Une des photos refusées par l’administration pénitentiaire.

 

 

Dirar est dans une situation horrible, dans une cellule minuscule avec des conditions de vie et de détention très difficiles, avant son enlèvement il était en très bonne santé, mais maintenant il souffre de de multiples problèmes et maladies, tout cela est dû aux conditions dans les prisons israéliennes, l’humidité, la mal-nutrition, et le soleil qu’il ne voit jamais, mis à part au travers d’une fenêtre minuscule, plus petite qu’une feuille A4! 

Barbe = terroriste

Les israéliens quant à eux, essaient d’imputer une inculpation à Dirar, mais il est innocent , les israéliens essaient de faire passer Dirar pour un terroriste qui préparait des actes terroristes, tout ça car il avait une barbe courte, et que selon eux cela représente l’Islam et les terroristes! Mais  son seul crime a été d’être un scientifique brillant, un ingénieur qui avait trouvé une solution au problème de pénurie d’électricité de Gaza. Dirar avait réussi a transférer la dépendance de la station électrique sur le fuel égyptien au lieu du fuel israélien, on imagine dès lors les pertes économiques pour Israël…

 Un homme qui n’est plus que l’ombre de lui même

« Quand j’ai vu la 1ére photo de mon mari après des mois de détention j’ai été très surprise et choquée, ça n’était pas mon mari, ce pauvre corps, avant l’enlèvement il pesait plus de 90 kilos, maintenant il en fait moins de 70! » 

 

 

 

Récemment Dirar a entamé une grève de la faim, on ne peut qu’espérer que sa situation s’améliore, mais il faut pour cela que la mobilisation se fasse, qu’il y ait des actions, des manifestations, que le monde parle de Dirar et de son histoire car le gouvernement israélien voudrait le jeter aux oubliettes et que le monde oublie les crimes commis par cet état qui clame tant bien que mal qu’il est une grande démocratie, avide de paix et de respect…

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*