Accueil / Actualités / Gaza soutient ses prisonniers….

Gaza soutient ses prisonniers….

Tous les lundis à Gaza, devant le siège de la Croix-Rouge, un meeting est organisé pour soutenir la cause des prisonniers palestiniens, voici un résumé de celui d’hier le lundi 17 septembre. 

Dans ces rassemblements hebdomadaires sont présents des familles de prisonniers, et d’anciens prisonniers relâchés, comme Mahmoud Al-Sarsak, Hana Shalabi….

Les mères de prisonniers sont là avec les photos de leurs fils emprisonnés, et des discours sont prononcés, la presse est là également et procède à de nombreuses interviews.

 A Gaza comme ailleurs en Palestine, la question des prisonniers est une affaire qui mobilise la population car dans quasiment chaque famille, il y a, ou il y a eu, au moins un prisonnier.

 

 

 

 

 

 

La fin des 40 jours de deuil d’une mère de prisonnier.

Ce lundi marquait également un triste évènement, Aïsha Isliah – Allah y Rahma- est morte sur la route vers Israël où elle allait rendre visite à son fils dans une prison israélienne. Elle ne l’avait pas vu depuis plus de 5 ans après qu’Israël ait stoppé les visites pour les familles de Gaza suite à l’enlèvement du soldat israélien Guilad Shalit.

Aïsha venait d’être autorisée à lui rendre visite avec 30 autres familles de Gaza qui n’avaient pas revu leurs proches depuis la même période, cette précieuse autorisation que l’état d’Israël s’était enfin décidé à accorder à ces 30 familles pour « essayer » avant d’en autoriser d’autres.

Cette décision israélienne fait suite au mouvement de masse de grève de la faim mené par des prisonniers palestiniens depuis le début de l’année afin d’exiger le respect de leurs droits.

Mais Aïsha qui n’était plus très jeune et malade n’a pas supporté ce voyage, son état de santé et l’émotion suscitée par le fait de revoir son fils qu’elle aimait tant ont eu raison d’elle, et Aïsha est morte sur le chemin de la prison sans avoir pu revoir son fils….

Proche de la mort et l’exil en guise de libération

Samir Al-Barq, prisonnier palestinien en grève de la faim depuis 119 jours et dans un état très préoccupant, va être libéré dans les jours qui viennent, mais expulsé vers l’Egypte.

L’état israélien commet souvent ce genre de choses, des libérations mais avec exil forcé.

Sans oublier ceux qui croupissent dans les geôles israéliennes depuis plus de 25 ans

Sur cette affiche on peut voir les photos de prisonniers palestiniens avec les dates de leurs incarcérations, ils ont tous passé plus de 25 ans enfermés, 29 ans pour les 2 hommes au milieu!