Accueil / Actualités / Manipulation des Masses vs Éducation de l’Âme

Manipulation des Masses vs Éducation de l’Âme

Tu as le regard d’un homme prêt à croire ce qu’il voit parce qu’il s’attend à s’éveiller à tout instant. Tu es venu parce que tu sais quelque chose. Tu as un savoir qui t’habite mais tu ne te l’expliques pas. Tu l’as toujours ressenti, ressenti que le monde ne tournait pas rond. Tu ne sais pas quoi mais c’est là ! C’est la Matrice, elle est universelle, omniprésente. Elle est avec nous ici, en ce moment même. Tu la vois chaque fois que tu regardes par la fenêtre ou lorsque tu allumes la télévision. Tu ressens sa présence lorsque tu pars au travail, quand tu vas à l’église ou quand tu paies tes factures. Elle est le monde qu’on superpose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité !

 Savez-vous ce qu’est la Psychologie Sociale ?

C’est une science « ingénieuse », qui a énormément étudié « la manipulation des masses » dans le but d’exercer un contrôle social.  Ceci peut vous éclairer par rapport à la réalité autour de vous.  L’une des stratégies appelée «problème-réaction-solution» consiste à créer d’abord un problème, une «situation» prévue pour susciter une certaine émotion réactionnelle du public. « Réactionnelle » très important !  Surfer sur les émotions est une technique classique pour obstruer l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements… Une fois l’émotion à son apogée, cette peur est censée générer de la part des gens des demandes explicites de mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

Par exemple : laisser se développer un acte terroriste sanglant, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux. Lorsque vous « Ré »agissez, vous n’êtes pas l’acteur, mais vous répondez à une action. 

Quelques grands exemples de ces dernières années 

→ Le 11 septembre ou l’envie de légitimer un mensonge à venir : l’islam est un danger.
→ La guerre contre le terrorisme en Afghanistan, qu’on défend en nous montrant toujours les mêmes vidéos d’entrainement de groupes armés. A l’instar d’une équipe sportive que l’on verrait régulièrement s’entrainer mais ne jamais fournir un match officiel, et ne voyant in fine qu’un tableau qui indiquerait le score de la rencontre.
→ La quête de Ben Laden, qu’on a trouvé mais qu’on a judicieusement préféré jeter dans l’eau… qui se présentait d’ailleurs toujours sur la même chaine : Al jazeera, ou « la chaîne des cartes à jouer américaines ». 
→ Mohammed Merah contre la puissance des médias.
Inconnu de tous, la télévision a permis à chaque français de comprendre cet homme en une vidéo (conduisant un véhicule sur un parking), une photographie, et d’innombrables témoignages de piètres journalistes.
En effet, le battage médiatique a eu comme répercussion le fait que l’on pouvait entendre dans les bouches de tous qu’il était un jeune déboussolé, ayant accumulé des échecs l’ayant poussé à agir de la sorte, ce qui a entrainé sa « radicalisation ». L’analyse fût très profonde… Du moins l’évènement était si tragique que cela semblait plausible pour tous. À l’image des ces pseudos-psychologues qui verraient dans chaque problème d’une personne, une plaie non cicatrisée liée à l’enfance.
→ Plus récemment des caricatures sur l’amour qu’ils portent à leur prophète ou un film dans le but de rendre le musulman violent car, le musulman est un homme et donc par définition peut devenir violent si on sait sur quel terrain l’amener.

« Ô VOUS QUI CROYEZ, SI VOUS CRAIGNEZ ALLAH, IL VOUS ACCORDERA LA FACULTÉ DE DISCERNER » 


Le plus grand combat est contre soi-même

Étant enfant nous avons reçu une éducation des parents, nous l’avons complétée par l’éducation scolaire ainsi que l’éducation sociale. Mais le musulman sait que cela ne rime à rien sans une éducation de l’âme… C’est cela le combat même du musulman. Le plus grand combat est contre soi-même.
Il naît avec des qualités et des défauts. Son devoir sera d’exploiter intensément ses qualités, de les développer au service de la bienfaisance et de n’assumer ses défauts que dans l’unique intention de les combattre, car il n’est imposé à aucune âme une charge supérieure à sa capacité, elle sera rétribuée selon ce qu’elle aura acquis, nous enseigne le Coran. Donc à celui à qui lui est parvenue cette lumière, quelle en sera la conséquence directe dans son attitude et dans son tempérament ?

L’application aux faits

L’Homme a tendance à se sentir attaqué, offensé, toujours capable de se plaindre d’autrui, à se sentir victime. Et effectivement, bien souvent c’est le cas. Néanmoins, le premier problème ne pourrait-il pas provenir de l’autre mais de nous-mêmes, de notre manque de rationalité quant à l’interprétation de la situation ? Si on apprenait à se gérer soi-même n’arriverions-nous pas à mieux gérer les adversités extérieures, et notre entourage qu’il soit familial, social, professionnel, voire même islamophobe ? Les adversités extérieures ne proviennent-elles pas finalement de notre incapacité à gérer nos adversités intérieures (notre nafs, nos désirs, nos pulsions, nos instincts) ?

Si on agit mal envers vous, ne soyez pas complices du diable en répondant par le mal, soyez clairvoyants sur la situation qui se présente à vous : si du mal vous parvient agissez avec sérénité. Soyez dans l’action, jamais dans la réaction. 
Car l’islam est amour, le musulman a le coeur tendre, il n’attend pas d’être aimé des gens pour autant, ni d’être aidé, compris ou plaint. Il sait ce qu’il est, sait ce qu’il veut et ne laisse personne lui dire ce qu’il vaut.

Comme disait Voltaire, on parle toujours mal lorsqu’on a rien à dire. Comprenez donc que le comportement blessant de l’autre n’est pas l’autre, mais plutôt la manifestation 
de sa souffrance…

2 plusieurs commentaires

  1. salam aleyka.masha Allah
    bien pondu

  2. Salam Aleykoum,

    Très bel article. Merci beaucoup pour votre travail !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*