Accueil / Actualités / Syrie : HRW révèle l’existence de 27 centres de torture !
Source : 54Africanvoices.wordepress.com

Syrie : HRW révèle l’existence de 27 centres de torture !

 

Un rapport publié ce mardi par l’ONG Human Rights Watch (HRW) a révélé la mise en place de 27 centres de torture dans plusieurs régions syriennes par les services de renseignements syriens.

De véritables « Camps » de torture

L’organisation Human Rights Watch a révélé aujourd’hui la présence en Syrie de centres de torture mis en place par les services de renseignements syriens. Dans ces centres répartis dans les régions d’Alep, Homs, Lattaquié, Idlib, Deraa et Damas, les détenus sont battus, agressés sexuellement, brûlés et l’ONG va même jusqu’à détailler quelques-unes des méthodes utilisées par le régime syrien : les détenus sont brûlés à l’acide, battus à coups de bâton ou de câble, électrocutés… HRW précise dans son rapport, que ces centres sont utilisés depuis le début de la répression en 2011. Elle dénonce « Une politique d’État de torture et de mauvais traitements, ce qui constitue un crime contre l’humanité ». Jusqu’à maintenant, des dizaines de milliers de détenus ont vécu ces tortures.

 

[pullquote_left]Les détenus sont brûlés à l’acide, battus à coups de bâton ou de câble, électrocutés…[/pullquote_left]« Ils ont mis des agrafes dans mes doigts, sur ma poitrine et mes oreilles. Je n’avais le droit de les enlever que si je parlais », explique un homme de 31 ans détenu à Idlib. « Ils ont utilisé deux câbles reliés à une batterie de voiture pour m’électrocuter. Ils ont tiré avec un pistolet électrique sur mes parties génitales à deux reprises. J’ai cru que je n’allais plus jamais revoir ma famille. Ils m’ont torturé ainsi à trois reprises en trois jours » a t-il ajouté.

Crimes contre l’humanité

Pour faire face à ce régime qui commet des « crimes contre l’humanité », HRW appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à porter le cas syrien devant la Cour pénale internationale et a condamner les responsables de ces crimes. Elle demande aussi à la Chine et la Russie de ne plus « Protéger le gouvernement syrien » et de ne plus lui fournir d’armes. Une demande qui sera sans doute rejetée comme toutes les autres exhortations. Navi Pillay, haut commissaire des Nations Unies aux droit de l’homme, a lui aussi, fait part de sa volonté de voir le cas syrien examiné par le Cour pénale internationale, pour les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre « susceptibles » d’avoir été commit par le gouvernement syrien.

« Susceptibles » ? L’organisation des Nations Unies, douterait-elle encore du caractère « criminelle » de cette guerre menée par le régime syrien contre son propre peuple, qui n’a aucune puissance militaire pour se défendre ? Cela n’étonne plus malheureusement, vu l’impuissance ou doit-on dire « l’inaction » de la puissante ONU.

Alors que l’ONU minimise le crime et déclare environ 11 000 morts depuis le début du conflit, l’OSDH elle, a fait part dans son dernier bilan d’un chiffre beaucoup plus important, plus de 16 000 tués durant ces 16 derniers mois en Syrie.   Ina Li-LLâh wa Ina Ilayhi Raji’un !

 

Hasbûna Allâh wa ni’ma L-Wakil !

 

 

2 plusieurs commentaires

  1. Ismael Abou Moussa

    Allahouma onsor ikhwanina fi Souriya

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*