Accueil / Actualités / Infos Palestine

Infos Palestine

Ces derniers jours  en Palestine il y a encore eu des morts, des blessés et des abus de la part de l’occupant israélien, mais il y a également des israéliens qui s’opposent aux pratiques brutales de l’occupant et qui s’élèvent pour les droits élémentaires du peuple palestinien.

Encore des colons qui donnent la mort

Des colons juifs ont pourchassés et  tué deux Palestiniens dans la ville de Yatta, près d’Al-Khalil (Hebron) ce dimanche, selon des sources médicales, les corps de Anwar Abed Rabbo, 30 ans, et de Naim Al-Najjar, 32 ans, ont été remis à un hôpital de la ville alors que leurs mains étaient enchaînées.

Les sources ont indiqué que Najjar a été touché par une balle dans la tête alors Abed Rabbo a été touché par une balle dans la poitrine, un troisième homme a été blessé mais son identité n’a pas été révélée.

Des témoins oculaires ont déclaré que les colons juifs ont pourchassé les deux jeunes hommes et les ont kidnappés dans une zone entre la ville d’Al-Khalil et du village de Samu.

Ils ont dit que les deux hommes ont été abattus à bout portant et de sang-froid.

Deux enfants palestiniens tués au Liban

Des sources palestiniennes au Liban ont déclaré que l’armée libanaise avait tué deux enfants palestiniens au camp de réfugiés de  Nahr al-Bared et blessé un certain nombre d’autres quand un problème est survenu entre les résidents du camp et les soldats libanais postés à l’entrée de la camp.

Les sources ont indiqué que les deux enfants Ahmad Qasem 12 ans et l’autre de 16 ans de la famille Ghannouma ont été tués avec des balles réelles tirées par les soldats libanais lorsque les résidents du camp ont protesté contre les soldats qui battaient un jeune homme du camp.

Un village palestinien dans le Livre des records Guiness

Les résidents d’un village palestinien,  par le biais de  Jeff Halper, co-fondateur et directeur exécutif du Comité israélien contre les démolitions de maisons, ont contacté le livre des records mondiaux Guiness pour enregistrer le fait  que leur village a été démoli par Israël 38 fois !

Un jeune israélien veut prendre la nationalité palestinienne

[pullquote_left]«Je hais le sionisme, je veux faire partie de la résistance palestinienne, a-t-il expliqué à Associated Press. J’appelle tous les Israéliens qui soutiennent la création d’un État palestinien à venir vivre en Cisjordanie ou à Gaza en tant que Palestiniens»[/pullquote_left]  Andre Pshenichnikov, un jeune juif de 23 ans, veut renoncer à sa nationalité israélienne pour devenir Palestinien. Arrivé à 13 ans du Tadjikistan avec sa famille, Andre a fait ses trois ans de service militaire obligatoire avant de travailler une année supplémentaire pour l’armée en tant qu’informaticien. C’est pendant son service qu’il aurait commencé à développer un regard critique sur la situation palestinienne. En sortant de l’armée en avril, il s’est installé quelques mois dans le camp de réfugiés palestiniens Deheishe en Cisjordanie et il a travaillé sur des chantiers et comme serveur dans un hôtel à Bethleem.  Actuellement en voyage en Europe, le jeune homme compte bien s’installer en Cisjordanie à son retour et trouver un poste de guide russophone à Bethléem, la ville natale de Jésus que de nombreux touristes russes viennent visiter chaque année.

 Un soldat israélien qui ne veut plus être dans l’armée

 Un soldat israélien prénommé Yaniv Mazor a été condamné par son commandant à vingt jours de prison pour avoir refusé de remplir ses devoirs de service de réserve. [pullquote_right]«Il s’agit d’une armée dont le but principal est le maintien du régime d’occupation imposée à des millions de personnes sur la Cisjordanie et la Bande de Gaza – et je ne peux pas servir dedans»[/pullquote_right]

Yaniv Mazor,  résident de Jérusalem et  sergent-chef dans le corps d’armée, s’est adressé aux médias sur le chemin de la prison, il a déclaré que  sa décision de refuser de remplir ses devoirs s’est mise en place en son fort intérieur ces sept dernières années, de plus en plus fort, plus il a appris la politique d’Israël dans les territoires occupés. «Je regrette de ne pas avoir été au courant de ce que l’armée faisait quand je me suis enrôlé, parce que plus j’en apprends, moins je ne peux pas la servir », a t-il dit. « Bien que ce soit ma première fois en prison je me sens tout à fait bien. Je me sens en paix avec moi-même. Ma décision découle de ce que j’ai vu dans les territoires occupés, les choses qui m’ont fait réaliser que je ne peux   plus faire partie de l’armée. Je ne peux qu’espérer que mon action va inspirer d’autres personnes »

« J’ai servi dans une unité blindée de 1999 à 2002, passant le plus clair de mon service dans la vallée du Jourdain, mais aussi plus profondément dans la Cisjordanie au cours de la Seconde Intifada, à l’intérieur et à l’extérieur d’un réservoir. La décision de refuser de travailler est une sorte de point culminant d’une démarche personnelle que j’ai vécu  au courant de ces dernières années. Quand vous allez à l’école en Israël, ils ne vont pas vraiment vous dire ce que l’armée  fait dans les territoires occupés, et donc je suis entré dans l’armée comme un produit typique du système éducatif: un bon garçon, obéissant, servant dans les territoires occupés, et qui ne pense pas. Surtout ne pas penser. Au cours des dernières années, j’ai utilisé ma tête, me demandant ce que les choses que nous faisions là-bas signifiaient. Cela m’a conduit d’abord à  éviter le service, mais après avoir songé à un long voyage d’un an à l’étranger, j’ai décidé qu’il était temps d’arrêter de faire semblant.

Après avoir été convoqué à une séance d’entraînement avec son unité, Mazor a informé son commandant qu’il ne pouvait plus servir l’armée. Le commandant était sympathique, dit-il, mais a répondu  que la décision de l’exempter de service ne dépendait pas de lui, et il a transféré  la demande vers le haut dans la chaîne de commandement. Mazor a ensuite reçu une condamnation avec sursis de 15 jours en prison, et renvoyé chez lui.  « Le commandant du bataillon a pensé que c’était une opportunité pour moi de prendre un week-end ». « Aujourd’hui, je refuse à nouveau, et le commandant a dit qu’il aimerait me trouver des tâches de non-combattants. Je lui ai dit que pour moi un soldat-enseignant, un conducteur ou un combattant d’unité d’élite sont tous les mêmes, et tous représentent l’armée ». Il m’a ensuite transmis au commandant de brigade, qui m’a condamné à 20 jours à l’intérieur. Je lui ai dit que j’étais enfermé pour  mes convictions.

Ces derniers mois, plusieurs jeunes Israéliens ont refusé de s’engager dans une action commune contre l’occupation. L’un d’eux, Noam Gur, a été emprisonné pendant environ un mois, puis relâché sur une clause mentale. Mazor lui, sera sorti de prison à la fin du mois, et il ne sait toujours pas  s’il sera appelé à retourner dans son unité immédiatement – et  de nouveau emprisonné – ou non.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*