Accueil / Actualités / Libérez Mahmoud Al-Sarsak !

Libérez Mahmoud Al-Sarsak !

Nous vous avions parlé du cas du jeune prisonnier palestinien Mahmoud Al-Sarsak.  Il est actuellement en grand danger de mort après presque 90 jours d’une grève de la faim entamée pour exiger le respect de ses droits fondamentaux et sa libération.

 

 

Qui est ce jeune joueur de football palestinien détenu en Israël  ?

Le détenu Mahmoud Al-Sarsak est né à Rafah, dans le quartier de Shaborah, au sud de la bande de Gaza en 1987, il étudiait sa 3e année de programmation informatique avant son arrestation. Et en parallèle à cela, Mahmoud est un joueur de football professionnel, à la fois dans l’équipe nationale de  Palestine et également au Club des sports de Rafah.

Le 22 juillet 2009, cet espoir du football palestinien, malgré l’obtention des autorisations nécessaires de la part des autorités israéliennes a été arrêté à Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza, au passage d’Erez (frontière entre Gaza,  le reste des territoires Palestiniens et Israël), par les forces d’occupation israéliennes en tant que « combattant ennemi », alors qu’il se rendait en Cisjordanie pour jouer un match avec le Balata Shabab Club.

Cela fait maintenant presque 3 ans que Mahmoud Al-Sarsak est enfermé dans une prison israélienne, il y est entré à 22 ans et en à maintenant 25, Mahmoud n’a pas été jugé, il n’y a aucune charge contre lui, il est détenu sous le régime de la détention administrative, dont nous vous avons déjà parlé, pratique illégale au regard des droits internationaux.

Un jeune homme aux portes de la mort

Dimanche 10 juin 2012, le service des prisons israéliennes (IPS) a transféré Mahmoud Al-Sarsak à l’hôpital Assaf Harofeh en raison de la grave détérioration de son état de santé. Ce transfert est dû à l’incapacité de l’hôpital de la prison de Ramlé et de l’hôpital Mair de traiter l’état de santé crucial de Mahmoud. Emad, le frère de Mahmoud indique que l’état de santé de son frère est très grave et dangereux, et il a appelé à une réponse immédiate pour sauver la vie de Mahmoud, et pour le libérer.

L’IPS a exercé toutes sortes de pressions sur Mahmoud pour le forcer à interrompre sa grève de la faim, avec la promesse verbale de le libérer le 1er juillet 2012, alors Mahmoud qui était prêt à accepter cette demande, attend de recevoir des documents écrits officiels des autorités israéliennes concernant cette libération du 1er juillet, mais cette demande n’a pas été remplie.

La  famille et les proches de Mahmoud Al-Sarsak, le réseau UFREE et  des groupes de défense des droits humains tiennent pour résponsable l’occupation israélienne, au vu de la situation sanitaire critique dans laquelle le jeune détenu palestinien de 25 ans se trouve après une grève de la faim débutée il y a 89 jours. Le président du réseau UFREE Mohammed Hamdan, a déclaré que « les autorités israéliennes détiennent la pleine responsabilité de la détérioration des  conditions des grévistes de la faim », Mohammed Hamdan, dénonce aussi le silence des nombreuses organisations internationales envers ce qu’endure ce prisonnier palestinien dans les prisons israéliennes.

Son avocat tente de le maintenir en vie

Mohammad Jabarein, son avocat, a déclaré aujourd’hui à Ma’an que les responsables des prisons israéliennes l’ont appelé à se rendre auprès d’ Al-Sarsak en urgence dimanche car il était en danger de mort et il a été hospitalisée dans l’après-midi. Jabarein a rencontré 15 médecins à l’hôpital, qui lui ont  dit que Mahmoud  était en  danger immédiat de  paralysie et de perte de conscience. «J’ai décidé que Mahmoud devait boire du lait, » a déclaré Jabarein.

Mahmoud Al-Sarsak était réticent, mais l’avocat a dit qu’il l’a persuadé d’accepter certains éléments nutritifs, afin qu’il  survive jusqu’à ce son contrôle judiciaire, qui est prévu pour le jeudi. Al-Sarsak a accepté de boire du lait, mais il ne sera pas alimenté. Le prisonnier de 25 ans a décidé que si la Cour suprême n’est pas d’accord pour  le libérer, il refusera tout nutriment  jusqu’à sa mort, selon son avocat Maitre  Jabarein, le contrôle judiciaire de jeudi est la «dernière chance» pour sauver la vie de Mahmoud al-Sarsak.

L’IPS par le biais de son porte parole, a déclaré à Ma’an que Mahmoud al Sarsak avait commencé à manger lundi, ce qui est faux et qui a été contesté  par sa famille et plusieurs organisations de défense. Le groupe des droits de prisonnier Addameer note que la consommation de lait ne brise pas une grève de la faim. Un représentant de Médecins pour les droits de l’homme – Israël, a déclaré à Ma’an que le lait est moins nutritif que d’autres nutriments consommés au cours d’une grève de la faim, tels que  les vitamines, les minéraux, les sels et de glucose. La consommation de lait ne va pas réduire le danger sur  la vie d’Al-Sarsak, a ajouté le PHRI, le  PHRI a déposé  un recours devant le tribunal du district de Petah Tikva, ce lundi pour demander le transfert d’Al-Sarsak à un hôpital civil, car il est détenu dans une clinique pénitentiaire qui ne dispose  pas des installations pour traiter les grévistes de la faim à long terme. Même si Mahmoud  Al-Sarsak termine sa grève, il aura toujours besoin d’être hospitalisé d’urgence, a ajouté l’organisation médicale.

Le monde du football commence à réagir

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa) Joseph Blatter a exhorté hier, mardi 12 juin la Fédération israélienne (IFA) à intervenir « urgemment » auprès des autorités pour améliorer le sort de joueurs palestiniens détenus en Israël.

« Dans une lettre à la Fédération israélienne de football (IFA), le président de la FIFA Joseph S. Blatter a exprimé sa grave préoccupation et son inquiétude au sujet de la détention présumée illégale de joueurs de football palestiniens (…) en violation apparente de leur intégrité et des droits de l’homme et apparemment sans le droit à un procès », déclare la Fifa dans un communiqué.

La Fédération internationale mentionne notamment le sort de Mahmoud Al-Sarsak, [pullquote_right]«qui est dans un état de santé très délicat en raison du fait qu’il observe une grève de la faim depuis environ 90 jours pour protester contre sa détention illégale présumée».[/pullquote_right]

La Ligue des droits de l’Homme (LDH), le Rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’Homme dans les Territoires palestiniens occupés, Richard Falk, ou Amnesty international, entre autres, ont exhorté Israël à le libérer. Depuis fin mai, Mahmoud Al-Sarsak absorbe du glucose et des vitamines. Mais sa famille, qui n’a jamais pu lui rendre visite, craint le pire. «Au vu de la gravité de la situation, la FIFA appelle urgemment l’IFA à attirer l’attention des autorités israéliennes compétentes dans ce dossier, afin de garantir l’intégrité physique des joueurs concernés ainsi que leur droit à un procès», ajoute la Fifa dans son communiqué.

Eric Cantona, l’ancien joueur international de football, a lui aussi appelé aujourd’hui à la libération de Mahmoud Al-Sarsak, dans une lettre adressée au Ministre des sports, au président de la FIFA, ainsi qu’à Michel Platini président de la FFF. Cette lettre, co-signée par plusieurs personnalités, a été coordonnée par la Campagne « Carton rouge apartheid israélien.

D’autres nombreuses voix s’élèvent pour réclamer la libération immédiate de Mahmoud Al-Sarsak, et des actions sont menées dans de nombreuses villes, en Palestine, en France, en Angleterre….