Accueil / Actualités / Le Sheikh Khader Adnan est libre, mais le combat continue pour les autres prisonniers Palestiniens

Le Sheikh Khader Adnan est libre, mais le combat continue pour les autres prisonniers Palestiniens

Il y a plusieurs semaines, nous vous parlions du Cheikh Khader Adnan, un prisonnier politique Palestinien, détenu sous le régime de la détention administrative, détention illégale au yeux des lois internationales. Pour protester et pour revendiquer ses droits les plus élémentaires, comme sa libération, Khader Adnan avait alors entamé une grève de la faim, et il aura fallu attendre 66 jours pour que l’occupant israélien capitule.

De retour de Gaza en Palestine, voici des nouvelles.

Le 18 avril, Khader Adnan a enfin été libéré et a pu retrouver sa famille après un long combat au péril de sa vie. En effet après 66 jours de grève de la faim, Khader n’était plus que l’ombre de lui même, à la limite du coma, mais sa force et sa détermination l’ont emporté et il a gagné cette bataille.

Suite au combat de Khader Adnan, de nombreux autres prisonniers Palestiniens avaient eux aussi entamé des grèves de la faim, en solidarité avec lui ou pour également réclamer leurs libérations et le respect de leurs droits. Comme la prisonnière Hana Shalabi, dont nous vous avons également raconté l’histoire et le combat. Hana, elle aura dû attendre 44 jours avant d’être entendue.

Nous l’avons d’ailleurs rencontrée ce mois ci à Gaza et mettrons bientôt en ligne une interview d’elle et de son père, ainsi que d’autres familles de prisonniers.

Mais dans les prisons israéliennes il reste des milliers de Khader et de Hana, plus de 300 prisonniers Palestiniens sont enfermés sous le régime inhumain de la détention administrative (détention sans charges, ni jugement et renouvelable à souhait, NDLR) et au total  plus de 6000 prisonniers Palestiniens.

Tout ces prisonniers vivent des conditions de détention horribles, isolement, déchéance médicale, tortures, humiliations…

En ce moment même, environ 2000 prisonniers Palestiniens sont en grève de la faim, et face à eux leurs geôliers israéliens usent de stratagèmes toujours plus cruels, comme de les placer devant des tables garnies d’une multitude de plats et de mets savoureux et de se goinfrer devant eux afin de tenter de les faire craquer.

 

[quote]  « Nous nous battons avec nos estomacs et  n’abandonnerons jamais »[/quote]

 

Mais les Palestiniens résistent comme à leur habitude et ne craquent pas.

Ne les oublions pas, la mobilisation internationale doit continuer, le monde doit ouvrir les yeux sur leurs conditions et les voix doivent s’élever afin d’exiger de l’état Israélien l’arrêt de ces pratiques interdites et cruelles.

 

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*