Accueil / Actualités / A Bamako, « la vie quotidienne se normalise »

A Bamako, « la vie quotidienne se normalise »

Mardi soir, les putschistes militaires ont levé le couvre-feu qu’ils avaient eux-même mis en place depuis le coup d’État du 22 mars 2012. Les frontières maliennes ont donc été officiellement rouvertes. Les transports aériens circulent en partie. De même que les commerces et les banques qui paraissent de nouveau fonctionner.

La junte militaire adopte, par ailleurs, une nouvelle Constitution pour le Mali, appelée la « loi fondamentale ». L’objectif étant de marquer la fin du gouvernement d’Amadou Toumani Touré, et d’asseoir le pouvoir du capitaine Amadou Haya Sanogo, autoproclamée chef de l’État au passage…

Au même moment, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (la CEDEAO), annonce la venue d’une délégation de chefs d’État à Bamako ce jeudi pour organiser pacifiquement le retrait des mutins. Présidée par Alassane Ouattara, la délégation souhaite que le Président ATT soit rétabli dans ses fonctions au moins jusqu’au 29 avril 2012, date à laquelle devrait se tenir la prochaine élection présidentielle. Le cas échéant, c’est au président de l’Assemblée nationale que devrait être confié ce rôle, conformément à la Constitution adoptée par référendum en 1992.

Ne nous y trompons pas, la vie quotidienne au Mali n’est pas encore redevenue normale.

Alors que les organisations non gouvernementales dénoncent les difficultés alimentaires et nutritionnelles dont une partie des maliens est toujours victime, la CEDEAO se réserve la possibilité d’intervenir militairement pour « dégager » la junte en vue de rétablir l’ordre constitutionnel.

Pendant ce temps, les Maliens manifestent pour ou contre le retour de l’ordre Constitutionnel. Les responsables religieux du pays sont engagés dans les négociations pour résoudre le conflit.

Un commentaire

  1. Merci. Les sites de la communauté musulmane française font tellement fi de ce qui se passe au Mali que je me demande des fois si ça les intéresse vraiment. Les histoires en Tunisie et au Maroc ont plus de valeur pour nos coreligionnaires? Merci à vous d’évoquer un peu ce sujet.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*