Accueil / Actualités / Khader Adnan sera bientôt libéré

Khader Adnan sera bientôt libéré

Hier, le 21 février 2012 était un grand jour, le jour où Khader Adnan, en grève de la faim depuis 66 jours, a accepté de stopper cette grève de la faim qui mettait sa vie en danger après la décision israélienne de le libérer prochainement.

 

Une décision historique

En effet, le tribunal israélien le plus puissant de AlQuds (Jerusalem) occupée a décidé de libérer le Cheikh Khader Adnan, un des leaders de l’aile politique du Jihad Islamique, qui avait entamé cette grève de la faim pour protester contre sa détention arbitraire.
Le centre Palestinien de l’Information déclare que le tribunal a annulé la détention administrative et l’a remplacée par une peine de prison effective qui se terminera en avril prochain.

Et Khader Adnan a accepté de suspendre sa grève de la faim après qu’un accord ait été négocié entre son avocat et le tribunal.
De son côté Randa, l’épouse de Khader a déclaré à Al Jazeera que son mari serait libéré le 17 avril, mais que si les israéliens violaient cet accord et prolongeaient sa détention, il reprendrait sa grève de la faim une fois de plus. Le 17 avril, est la date de la journée des prisonniers Palestiniens.

Le cas de Khader Adnan a retenu l’attention internationale, avec des rassemblements de solidarité organisés dans les villes a travers le monde.
La grève de la faim de 66 jours qu’a effectué Khader Adnan est la plus longue réalisée par un prisonnier Palestinien.

L’accord pour sa libération a été dur a obtenir, les responsables israéliens l’ont critiqué et ont contesté que les membres arabes israéliens de la Knesset (le parlement israélien) expriment leur soutien pour Khader. Le vice-président de la Knesset a d’ailleurs déclaré que les fonctionnaires avaient « capitulé au terrorisme » en décidant de libérer Khader.

Une décision insuffisante

Même si Khader a accepté de recommencer à manger, son état de santé est toujours très préoccupant en raison de la longueur de temps qu’il a passé sans se nourrir. Les médecins ont averti que son corps pouvait rejeter la nourriture, et qu’il pouvait encore mourir de défaillance d’un organe.

Mais la famille et les proches de Khader ont déclaré que c’était une « victoire » et ses partisans sont sortis dans les rues hier (mardi) dans plusieurs villes Palestiniennes pour célébrer cette décision.

Amnesty International, de son côté a exhorté Israël à libérer immédiatement Khader qui est dans un état critique, et déclare que la décision de le libérer le 17 avril est « insuffisante » étant donné qu’il a besoin de traitements médicaux urgents.

Philip Luther, directeur par intérim d’Amnesty International au Moyen-Orient et Afrique du Nord déclare que « Même si Khader Adnan a accepté de mettre fin à sa grève de la faim, [pullquote_right]cela ne veut pas dire qu’il est hors de danger, pas plus qu’il ne réduira le besoin pour des soins médicaux hautement spécialisés, il ne peut pas constituer une  menace pour la sécurité  dans son état actuel et doit être immédiatement remis en liberté[/pullquote_right]  les autorités israéliennes n’ont révélé aucune preuve justifiant son maintien en détention ».
Amnesty International et Human Rights Watch ont demandé a plusieurs reprises Israël de libérer Khader et les autres prisonniers dans le cadre de la détention administrative, et Amnesty International a exhorté Tel-Aviv à mettre fin à cette pratique de détention administrative car elle viole le droit reconnu au niveau international à un procès équitable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs quotidiens Palestiniens ont publié à la une cette grande nouvelle, Al-Ayyam sur sa page d’accueil affiche « Khader Adnan a gagné », tandis que Al-Quds publie ceci « Khader Adnan termine sa grève de la faim après avoir remporté la bataille contre la détention administrative ».

 

Le Cheikh Khader Adnan est devenu un symbole pour les Palestiniens, un homme prêt à mourir pour vivre dignement, nous lui souhaitons une longue et heureuse vie ainsi qu’à sa famille, et n’oublions pas qu’il reste encore trop d’hommes, de femmes et d’enfants Palestiniens enfermés et torturés dans des prisons israéliennes sans raisons valables…

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*