Accueil / Actualités / Khader Adnan, le combat continue

Khader Adnan, le combat continue

Partout dans le monde, des militants agissent et protestent au sujet du cas de Khader Adnan, à Paris par exemple, un rassemblement a été organisé hier, vendredi 17/02/2012 devant la fontaine St Michel.

 

Et un autre aura lieu ce lundi ( 20/02/2012)  encore à Paris devant le Quai d’Orsay au Ministère des Affaires Etrangères. 

 

En Palestine dans toutes les villes et villages, des manifestations et des actions ont lieu pour soutenir le Cheikh Khader Adnan.

Nous retrouvons Maram, jeune activiste de Gaza, qui participe à la tente de la solidarité pour Khader Adnan depuis plusieurs jours.

 

As Salamu Aleykou Maram, alors qu’en est-il dans la tente de la solidarité à Gaza et de tes rencontres? : 

Pour moi, de manière automatique, aller à la tente de la solidarité envers le prisonnier Khader Adnan (qui est à son 62e jour de grève de la faim) est devenu un devoir quotidien. Dans la tente, je rencontre beaucoup de gens, des anciens prisonniers, des familles de prisonniers, des jeunes et des enfants qui sont solidaires autour de Khader Adnan. Je marche autour d’eux, chacun a son histoire.

Oum Mahmoud Al-Zaq, une ancienne prisonnière qui a passé 2 ans dans une prison israélienne et qui a donné naissance à son fils Youssef en prison, m’a parlé de sa douloureuse expérience en captivité israélienne, « les enquêteurs israéliens pratiquent les actions les plus odieuses contre les prisonniers Palestiniens, comme la torture, l’humiliation et les traitements les plus cruels ». Elle m’a raconté les mauvaises conditions dans les prisons sionistes. [pullquote_right]« Les gardiennes israéliennes de la prison ont essayé de tuer mon bébé » [/pullquote_right]   Concernant le cas du Cheikh Khader Adnan, elle me dit : « Il faut que le monde et la communauté internationale interviennent pour sauver la vie de Khader » Elle souligne également l’importance de la participation des jeunes a cet élan de solidarité envers Khader Adnan.

Dans ce cercle de discussion, une jeune fille, Esrar Abo Khater m’a dit : « Le soutien actuel de la cause de Khader Adnan ne suffit pas, il devrait y avoir une plus grande mobilisation, Khader ne défend pas seulement ses droits, mais il défend les nôtres aussi ». Esrar qui est une jeune activiste de la cause des prisonniers me dit aussi que les activités de solidarité ici ne s’arrêtent pas seulement au cas de Khader Adnan, mais l’action continuera pour soutenir tous les prisonniers. Elle conclu ses dires par cette phrase. [pullquote_left]« Est-ce que nous attendons la mort de Khader Adnan? Alors même qu’un prisonnier Irlandais était mort après 66 jours de grève de la faim ».[/pullquote_left]

Assem Al Nabeeh, un jeune poéte de Gaza qui ne quitte plus la tente de la solidarité ces derniers jours et qui prépare des événements et des activités avec les jeunes de la tente. Nous discutons et il m’assure qu’il faut toujours mener une action dans la tente pour soutenir la cause de Khader Adnan. Assem m’a dit : « Cette action n’est pas seulement pour Khader, mais aussi pour tous les autres prisonniers qui sont en détention administrative ».

J’ai rencontré une petite fille nommée Esraa Kanan qui me dit de sa voix innocente : « Je suis là pour soutenir le prisonnier Khader, je me sens triste pour sa famille et ses filles », elle a aussi envoyé un message à Ma’ali, (la fille ainée de Khader, 4 ans) : [pullquote_right]« Je lui dit de rester patiente et  qu’elle sera prés de son père, Incha’Allah »[/pullquote_right]  Je précise que Esraa, 8 ans la fille ainée de Fahmi Kanan, a fait la grève de la faim en solidarité avec les petites filles de Khader Adnan.

A l’extérieur de la tente, un groupe de jeunes tiennent des affiches avec des slogans et des photos en solidarité avec Khader Adnan.

Dans la tente de la solidarité, chaque personne essaie de penser à une façon d’agir et d’apporter quelque chose qui soutient la juste cause de Khader Adnan. Pendant que les décideurs internationaux et humanitaires restent dans un silence total.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Maram, et à très bientôt.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*