Accueil / Actualités / Compte-Rendu « Et Allah dans tout çà? », bilan mitigé!

Compte-Rendu « Et Allah dans tout çà? », bilan mitigé!

Vous avez été nombreux postés au garde-à-vous devant l’écran de TV, attendant ce programme que France 2 a décidé de diffuser sur son canal. « Et Allah dans tout çà? », qu’en est-il au lendemain de sa diffusion?

Capture d'écran France 2 via Le Figaro

Analyse

Pourquoi ce titre déjà? La seule chose qui vient à l’esprit est l’idée de continuité : après avoir diffuser « Et Dieu dans tout çà? » le 1er avril 2010, France 2 reste dans la même lignée avec ce titre accrocheur mais en rien accordé au reportage!

Pourquoi feindre parler de ce que dit « Allah » si on ne reprend pas Ses mots directs? Oui, on a fait participer un aumônier qui a bien expliqué les préceptes de l’Islam, les fondamentaux du moins, et clarifier quelques zones d’ombres. Toutefois, en ce qui concerne les mots de l’Unique, nous n’y avons pas eu droit. Au contraire, il y a eu des avis différents et même divergents d’une population musulmane voire « pseudo-musulmane » sur des sujets poussés, sans pour autant avoir à un seul moment des versets coraniques -qui sont je le rappelle, les mots d’Allah- ou alors des hadith prophétiques! Troublant qu’on demande ce qu’en pense Allah en passant par des personnes (pas toutes) qui n’ont compris de la foi, que d’infimes bribes et surtout, qui ne font en aucun lieu référence aux mots divins! Décevant même… On aurait réellement dû choisir un autre intitulé à cette émission… Quelque chose comme « Comment vis-tu ta foi musulmane, toi? » ou mieux, « Qu’as-tu appris de l’Islam? ».

Un procédé bien pauvre

Si on désire réellement faire partager le contenu de l’Islam,  et non pas ce qu’en pense une tierce personne par une interprétation maladroite, il faut inéluctablement ouvrir le Coran et lire les versets. Suite à la lecture des écrits, une interprétation par des personnes compétentes doit avoir lieue. Or, poser des questions ouvertes et appeler au débat alors qu’il n’y a pas de débat, ce n’est nullement prendre ce qu’Allah a posé comme devoir ou ordre. Encore une fois, on assiste à une multi-interprétation sans science appuyée, donc comment le téléspectateur pourra t-il enfin comprendre cette religion à la source?

Partie critique : ce que nous n’aimons pas!

Quel est le besoin de s’afficher en train de prier « voilée » puis de retirer son voile pour témoigner de l’Islam dans son coeur? Avouer que c’est insensé! On prie voilée puis on répond aux interviews des journalistes cheveux nus! Non, ce n’est pas comme çà qu’on aurait aimé voir la chose et qu’en est-il d’Allah alors, c’est là qu’on doit se poser la question!

Ensuite, qu’elle se permette de dire que le niqab alias burka n’ait pas sa place en Islam, que l’excision n’a jamais existé ou que la polygamie est un mal parce que son père la pratiquait « pour être le roi à la maison », nous n’acceptons pas. Dire ceci, c’est profaner l’Islam. Nous aurions aimé que des preuves tangibles soient avancées. Pas qu’un jugement d’opinion soit lancé en l’air juste pour divertir les caméras. Les maux de tout un chacun ne doivent en rien altérer la Vérité émanant de l’Unique.

Tout dans le sens du poil…

On a l’intense impression que tout est dit pour ne pas choquer le téléspectateur. Et même les questions, on s’en doutent, sont très élaborées. Tariq Ramadan, nous a encore fait grâce de son éloquence et de son savoir mais encore une fois, on est dans le « doux »… comme s’il n’avait pas envie de choquer. Nous sommes tous d’accord que c’est bien Allah qui juge les coeurs, étant le Parfait Connaisseur de son contenu. Cependant, on aurait aimé que M. Ramadan nous informe sur ce que dit Allah ( car oui, Allah n’est-il pas le sujet de l’émission?) au sujet de l’homosexualité et le pourquoi, la raison de sa prohibition en Islam. Mais non, sûrement n’a t-on pas voulu poser cette question… Pas étonnant!

Par-contre, on trouve légitime le fait de poser la question : « Et si votre fils était homosexuel, que feriez-vous? »! Incroyable! Mais d’où sortent ces questions? A cette allure, bientôt on demandera « Et si votre fils était satanique ou gothique, çà vous plairait? ». Arrêtons cette mascarade et ces questions-pièges. Personne, musulman ou non, doté d’une quelconque raison humaine (et non animale!) ne souhaiterait que son enfant soit homosexuel, et poser la question à un pratiquant musulman parce qu’il a l’air attaché à sa religion, ne fera pas changer la réponse. L’homosexualité est étrangère à la nature humaine et donc à l’Islam, pourquoi n’a t-on pas pris le temps d’en chercher les raisons? Il est infiniment désagréable d’entendre ce genre d’interrogation si stupide quand on sait qu’il y a d’autres thèmes plus importants à enseigner, puisque, tâchons de nous en souvenir, on se demande : « Et Allah dans tout çà? ».

Nous ne nous arrêterons pas sur ce monsieur qui a résolument compris que l’Islam concordait avec l’homosexualité ou bien sur cette dame qui a trouvé sage de se marier avec un homme de confession chrétienne pour des raisons X et Y et qui baptisera à l’église et circoncira son fils.

Voyons plutôt cette fille, qui REconvertie depuis peu, nous raconte qu’elle s’est lancée à fond dans l’Islam, s’est mariée trois semaines plus tard puis a déménagé au Sénégal. On a envie de dire « mais qui t’a dit de faire tout çà, Allah? ». Puisque personne n’a voulu commenter ses actes et que cette demoiselle comprend dans « son interprétation » que l’Islam se vit sans pratique et que « c’est beaucoup mieux ainsi », nous allons faire un léger commentaire pour les personnes qui sont rentrées ou qui voudraient rentrer dans l’Islam.

« Tout d’abord, Allah ne surcharge pas une âme plus que ce qu’elle peut contenir, il ne demande pas à un serviteur de « se couper les ailes », de se tuer à la tâche et vraiment bien loin de là. L’Islam est une religion de rigueur et de raison, tout se fait avec le temps et l’intime conviction de plaire à Allah. Or, quelqu’un qui va s’engouffrer aveuglement dans des rites et coutumes étrangères à la religion de l’Islam, comment peut-elle prétendre vouloir plaire à Son Créateur? Trop de reconvertis sont dans l’excès : la volonté de faire tout et vite! Sûrement un besoin de rattraper le temps perdu qui n’est en fait pas un temps écoulé en vain. Ce temps là, est le temps de la construction de la personne. Il faut comprendre que l’évolution se fait par une approche minutieuse des Écrits Saints et non par un plagiat de ce qu’on a vu ou entendu, et donc; vouloir grimper trop haut et trop vite augmente la possibilité de chute et surtout, la gravité! Conseil final pour faire court : avancer petit à petit chaque jour sans se brusquer est mieux que faire un bond et s’immobiliser à vie, voire revenir sur ses pas… »

Nous sommes gênés de voir que des gens ont été malmenés et faussement guidés, mais nous restons convaincus que ces personnes là n’ont pas voulu être guidées, car comment peut-on dire que la religion « on peut la vivre en soi sans la pratiquer » alors que si on ouvre Le Saint-Coran, on y trouve une foultitude d’actes obligatoires… les 5 piliers étant les premiers? Cette émission n’a décidément pas tenu ses promesses. Allah a été mis en second plan.

Une consolation

On pourra tout-de-même noter que ce reportage a véhiculé quelques notions bien fortes. Le musulman est bon dans son essence, la religion n’est pas un fardeau pour celui qui la comprend, il n’y a nulle contrainte en religion et bien d’autres morales… Comme nous le dénonce cette victime d’un acte barbare, nous témoignons avec véhémence que ce genre d’individus n’est pas à assimiler avec la religion musulmane. Et en aucune part. Admirons finalement la sagesse de cette jeune femme brûlée qui nous enseigne à tous que « le musulman est pardonneur »…

En somme, on était sensé parler d’Allah, on a beaucoup évoqué son Nom, mais entre nous, ce reportage n’a fait que camoufler la Vérité une fois de plus… Alors, et Allah dans tout çà? Il a bien été oublié, une fois de trop…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*