Accueil / Écrits libres / La course au prestige

La course au prestige

« Sachez que la vie présente n’est que jeu, amusement, vaine parure, une course à l’orgueil entre vous et une rivalité dans l’acquisition des richesses et des enfants. Elle est en cela pareille à une pluie : la végétation qui en vient émerveille les cultivateurs, puis elle se fane et tu la vois donc jaunie; ensuite elle devient des débris. Et dans l’au-delà, il y a un dur châtiment, et aussi pardon et agrément d’Allah. Et la vie présente n’est que jouissance trompeuse ». (Coran : 57;20)
Une course qui n’a ni foi ni loi…
  • Dans quel monde s’épanouit-elle?

Nos années de vie ont façonnées nos pensées : nos opinions et nos idéaux. La vie a aussi façonné tout un arsenal de commandements hiérarchiques (pré)établis par une société qui s’engage aujourd’hui à promouvoir certains bienfaits tels que la réussite scolaire, la recherche du bonheur ou encore la course au prestige.

Le prestige – Linternaute.com définit le prestige comme étant l' »attrait de ce qui inspire de l’admiration. ». J’ajouterais que le prestige est devenu maitre mot en notre société. Il s’est installé dans le paysage et conditionne désormais l’avenir. Il le conditionne et bien plus : il lui est indispensable.

  • Pourquoi?

L’appât du pouvoir, la recherche de richesses abondantes : tout ceci est d’une telle prédominance. Nous semblons être nés non plus pour exister au travers de notre conscience et de notre âme, mais pour exister au travers de notre position sociale. Et l’être humain est ainsi : il cherche à tout prix la reconnaissance : financière et matérielle ou politique et médiatique. Consciemment ou inconsciemment, ce sont toutes ces espérances d’accès à l’élitisme qui impactent sur ses choix d’avenir, sur ses rêves et ses espoirs.

  • Comment?

Les conditions – Les circonstances – Les modalités – Le préétabli : ce sont toutes les politiques de conditionnement qui déterminent la route à emprunter pour avoir des chances d’accéder à un statut sur le marché de la reconnaissance.

Alors, nous obtempérons. Nous obtempérons et nous acquiesçons face à un système d’injustices sociales et de disparités, face à un système dramatiquement élitiste où il n’y a de place que pour les chasseurs de vaines parures. Mais le système : ce n’est pas l’Etat. Le système : c’est nous. Nous créons le systéme au sein duquel nous évoluons. Nous fondons les armes avec lesquels nous choisissons de nous battre.

Ainsi, comment sommes-nous arrivés à fermer les portes de notre conscience pour chercher à tout prix à ouvrir les portes du succès ? Et bien, nous avons tout simplement fait le choix d’oublier l’essentiel, notre essentiel. Nous avons fait le choix de reléguer au second plan ce qui nous est fondamental : notre foi, notre cheminement vers Allah.

  • Quelle est la réalité?

Si nous regardions les choses de plus près, sans doute pourrions-nous réaliser que nous ne sommes que des voyageurs qui nous reposons un instant sous un arbre avant de repartir. Nous ne sommes que des voyageurs. Simplement voyageurs. Nous menons des vies courtes et éphémères. Il faudra donc vivre c’est vrai. Et le meilleur moyen de vivre, c’est de faire de notre vie une œuvre pour s’y inscrire.

La réalité c’est qu’il n’y a pas de différences. Nous sommes tous sur le même bateau. Conçus de la même façon. Pour respirer le même air. Et que savons-nous réellement de ce qui nous attend ? Les gens définissent leur avenir comme l’on définit un emploi du temps. Mais que savons-nous réellement ? Tâchons de nous souvenir qu’aucune vie n’est éternelle. Ni aucun bien.

  • Alors finalement, est-ce bien utile?

Est-ce forcément toujours utile que de courir après le prestige, le succès, l’opulence ? En tant que croyants, la réussite ne réside-t-elle pas au travers de l’apprentissage de notre foi ?

Il y a tant à apprendre. Et tant à changer. Avant de vouloir changer notre quotidien au travers d’innombrables futilités, ne devrions-nous pas changer d’abord ce que nous sommes ? Changer notre manière de vivre, de nous comporter les uns envers les autres ?

Il existe une avancée, une évolution pour chacun d’entre nous. En effet, la réussite est importante, la détermination avec. Mais quelles sont nos réelles motivations ? Que désirons-nous atteindre ? Que devons-nous attendre de la vie ? Que pourrions-nous offrir à la vie ? A quoi devons-nous nous préparer ? Pourquoi ? Comment ?

En ce sens, il est de notre devoir que de profiter de chaque instant pour éduquer notre mémoire en travaillant avec acharnement, et ce afin de se préparer à un épanouissement bien plus spirituel que matériel. La réussite est importante. Elle l’est ! Il faut étudier, apprendre, aller loin…sans pour autant oublier, ou enrayer tous nos devoirs. Et combien sont ceux qui n’oublient pas ?

La vie ne suppose pas le fait de devoir faire systématiquement un choix. Elle nous offre la conciliation. Pouvoir concilier avec la plus grande simplicité et la plus grande humilité. Etre riche, mais au cœur de la misère. Etre célèbre, mais au cœur du changement. Etre bien mais être conscient.

Il n’est donc pas nécessaire de répondre à tous les critères ni à toutes les pseudo-définitions préétablies pour avoir le sentiment de réussite. Beaucoup trop de symboles insensés pour une société peu perspicace. Et le monde court après le prestige. Mais pour si peu au finale.

  • Que retiendra-t-on de tout ceci ?

Les personnes appartenant à de hauts rangs n’ont pas grandement œuvré. Les grandes richesses ont-elles vraiment contribué à des bouleversements ? Concrètement, suffit-il d’avoir des biens pour être quelqu’un ? Quelqu’un qui œuvre avec valeur et mérite ? Finalement, que retiendra-t-on ? De qui et de quoi se souviendra-t-on ?

Il faudra songer à nourrir nos esprits ainsi que nos consciences. Cultivons nos jardins. Et n’oublions jamais que la vie n’est qu’une course à l’orgueil. Peu importe ce que nous faisons, quelles que soient les orientations, ce sont nos actions humaines qui nous donnent de la valeur.

3 plusieurs commentaires

  1. Assalem
    Merci pour cet article
    Je rejoins votre point de vue.
    Vos questions sont très pertinentes et ont attiré mon attention,c’est tout le questionnement auquel on se soumet lorsque l’on est dans une démarche de développement personnel.
    Je pense que pour qu’il y ai un équilibre dans nos actions il faut toujours avoir à l’esprit le hadith qui dit qu’il faut œuvrer pour la vie de l’au delà comme si on allait mourir le jour même et œuvrer pour sa vie d’ici bas comme si on allait jamais mourir
    merci encore pour votre article

    voici le lien vers mon blog sur le développement personnel et l’islam

    http://developpementperso-islam.blog4ever.com/blog/index-455354.html

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*